Parce que des dizaines d'internautes se posaient la question, nous avons enfilé des montres et des bracelets connectés autour d'objets incongrus. Notre reportage nous a montré que la mesure du pouls par ces nouvelles montres n'est vraiment pas une science exacte.

Une banane a-t-elle un cœur qui bat ? Quid d’une tasse à café ? Selon certains bracelets connectés, la réponse est oui. Qu’il s’agisse du dernier bracelet connecté Xiaomi, de l’Apple Watch, de la Fitbit Versa ou de la Samsung Galaxy Watch, de nombreuses montres connectées ou trackers d’activités détectent un rythme cardiaque lorsqu’ils sont posés sur des objets, sans qu’une main humaine ne les touche.

Si nous avons voulu tester, ce n’est pas uniquement parce que nous sommes une rédaction engagée envers ses lectrices et lecteurs. C’est aussi parce que des dizaines de photos circulent depuis quelques semaines sur le réseau social chinois Weibo. Repérées par les sites Abacus, elles montrent des montres et autres bracelets enroulés autour de bananes, mugs, canettes ou papier toilette, et dont les petits cœurs battent à l’unisson. Un mystère numérique qu’il fallait éclaircir.

Une Apple Watch sur un rouleau de sopalin a un cœur qui bat à 73 BPM // Source : Numerama

Les résultats sont-ils les mêmes pour tous les modèles ?

Nous avons testé sur du sopalin, une banane et une tasse à café avec cinq montres différentes : l’Apple Watch Series 4, la Fitbit Versa, la Steel HR Sport de Withings, la Ticwatch Pro de Mobvoi et enfin, la Amazfit Bip de chez Xiaomi.

Il nous a confirmé que l’affichage d’une pulsation cardiaque n’avait pas de lien avec la marque ou le prix de l’appareil. Certains, à coût assez bas comme la Fitbit, n’affichent parfois rien, alors que la plus chère, l’Apple Watch, est capable de rendre un pauvre fruit tachycarde – elle n’est pourtant pas défaillante, comme nous l’a prouvé un test vidéo sur un humain incluant des burpees que nous avons promis de ne pas rendre public. Son cœur, que l’on voit battre au rythme de 97 Battement Par Minute (BPM) sur notre photo, est ainsi monté à plus de 180 pendant une seconde. C’est bien plus que les rythmes observés par ailleurs, qui oscillent entre 60 et 120 environ avec les cinq montres.

Nous avons également observé que certaines montres affichaient un battement du cœur même sans être en contact avec un objet, uniquement tenue dans les airs — c’est le cas de l’Apple Watch series 4.

Nous avons aussi observé, en revanche, que certains bracelets sont moins réactifs que d’autres. Alors que l’Apple Watch donne un pouls quasi immédiat, la Steel HR Sport de chez Withings ou la Fitbit Versa se font davantage désirer, bien que la même technologie soit utilisée. Il pourrait s’agir simplement d’une question de placement des capteurs ou de la forme du cadran, qui épouse plus ou moins celles d’une tasse à café et ses reliefs par exemple.

Notre tatou, Dillo, en plein test de la Xiaomi Amazfit Bip Numerama

Les objets ont-ils une âme ?

Ces tests ne signifient malheureusement pas que nos objets ont un cœur.  La technique utilisée par les montres et les bracelets sportifs pour mesurer les pulsations cardiaques repose sur un cardiofréquencemètre classique, utilisant le principe de la photopléthysmographie.

Si le nom est complexe, le principe est simple. Le sang est rouge, car il réfléchit la lumière rouge et absorbe la lumière verte. Dès lors, quand une diode verte envoie de la lumière sur votre poignet, elle est réfléchie et peut être captée par des photodiodes. Et comme la nature est bien faite, à chaque battement de votre cœur, le flux sanguin augmente en même temps dans votre poignet… et donc, la capacité d’absorption de la lumière verte augmente avec, au rythme des battements. En envoyant ce flux lumineux plusieurs dizaines de fois par seconde sur votre poignet, votre bracelet ou votre montre va voir la différence d’absorption de la lumière et donc pouvoir interpréter les battements de votre cœur.

La tasse monte vite // Source : Numerama

Une technique simple qui n’a pas été complexifiée par les constructeurs : le bracelet n’a pas de logiciel qui lui fait reconnaître un battement de cœur humain. Il est programmé pour analyser comment la lumière est réfléchie… et réagira donc de la même manière si la lumière vient de votre poignet ou d’une peau de banane. La différence de pouls sur les objets vient donc de la capacité d’absorption des matériaux et des couleurs.

Dommage.

Contactés, les fabricants concernés ne sont pas revenus vers nous avec une explication.

Merci à la rédaction de Numerama et FrAndroid pour les prêts de bracelets connectés et d’objets-cobayes.

Partager sur les réseaux sociaux