La propriétaire d'un Galaxy Note 9 aurait assisté à un phénomène qu'on pensait définitivement enterré chez Samsung : son téléphone a pris feu. Ce qui n'est pas sans rappeler les déboires du Galaxy Note 7...

Va-t-on assister à un remake des Galaxy Note qui explosent et prennent feu ? Selon les informations du New York Post publiées le 15 septembre 2018, la propriétaire du dernier modèle de la phablette de Samsung aurait assisté, impuissante, à un phénomène qui rappelle de sombres souvenirs.

Diane Chung, agent immobilier, aurait donc vécu une « expérience traumatisante » dans un ascenseur. Le 3 septembre dernier, aux alentours de minuit, son Galaxy Note 9 aurait pris feu sans raison apparente.

Le fantôme du Galaxy Note 7

La scène telle qu’elle est décrite par nos confrères à partir de la plainte déposée est assez surréaliste. Le Note 9 aurait commencé par surchauffer et produire un sifflement désagréable avant de dégager une fumée de plus en plus épaisse. Prise de panique, Diane Chung aurait voulu vider son sac rapidement et se serait brûlée les doigts en voulant en sauver le contenu (spoiler : elle n’y est pas parvenue). Piégée dans l’ascenseur et envahie par la fumée, elle aurait appuyé sur tous les boutons pour s’échapper.

Une fois le rez-de-chaussée atteint, elle a été aidée par un homme qui aurait plongé le smartphone dans l’eau pour stopper les flammes. « Nous n’avons pas observé d’autres incidents du genre impliquant un Note 9 et nous enquêtons », s’est contenté de communiquer Samsung. 

Bien qu’il s’agisse probablement d’un cas isolé, ce fait divers ne manquera pas d’ajouter une ligne supplémentaire à la liste des téléphones explosifs de Samsung. Sans compter que, lors de la présentation du Note 9, le constructeur avait affirmé bec et ongle que l’immense batterie de 4 000 mAh était plus sécurisée que jamais. Cité par The Investor le 13 août 2018, le président Koh Dong-jin estimait même que les utilisateurs n’avaient pas à s’inquiéter — en raison de l’ombre toujours planante des Note7 beaucoup plus touchés par ce phénomène. Il y a deux ans, Samsung avait dû rappeler 2,5 millions d’appareils avant de stopper la commercialisation. Là, malgré un Note 8 épargné, un seul Note 9 explosif suffira à lever de nouveau les doutes.

Partager sur les réseaux sociaux