La startup Magic Leap a lancé la distribution de ses lunettes de réalité mixte. Les intéressés peuvent payer 2 295 dollars pour les obtenir.

Le feu d’artifice est lancé pour les Magic Leap One, les lunettes de réalité mixte conçues par la startup Magic Leap. Elle a effectivement mis en vente les premiers exemplaires de son produit ambitieux, d’abord au sein de certaines villes américaines. Le prix ? 2 295 dollars, plus une assurance optionnelle de 495 dollars.

On parle bel et bien d’une version Creator Edition, de facto destinée aux développeurs et artistes désireux de se familiariser avec la technologie. Pour autant, Sony Abovitz, CEO de Magic Leap cité par The Verge le 8 août 2018, refuse d’en faire un simple devkit. Selon lui, il s’agit «  d’un produit fonctionnel ayant un grade grand public. » 

Magicleap.com

Champ de vision encore chiche

Animés par une puce Tegra X2 de Nvidia, 8 Go de RAM et une batterie capable d’assurer jusqu’à trois heures d’autonomie, les lunettes Magic Leap One sont supposées amener la réalité mixte à un cran supérieur et bousculer HoloLens — solution proposée par Microsoft. Dans les faits, nous sommes encore loin du compte à en croire la prise en main réalisée par nos confrères de The Verge.

Ils soulignent « Le Magic Leap Creator Edition est un casque fonctionnel, bien pensé et avec des avantages réels sur les rivaux comme HoloLens de Microsoft. Mais il n’a pas l’air d’être un appareil informatique satisfaisant ou un pas radical dans le domaine de la réalité mixte. » En bref, la technologie de Magic Leap, qui avait récolté 2,3 milliards de dollars pour transformer le rêve en réalité, a ses limites, notamment du côté du champ de vision.

S’il atteint les 50 degrés, chiffre supérieur à celui d’HoloLens, il est encore trop réduit pour proposer un confort visuel digne de ce nom et ne pas couper les objets d’une taille modérée quand on s’en rapproche. Lire : la fenêtre sur le réel dans laquelle viennent s’imbriquer des hologrammes est trop petite. À l’arrivée, on se dit qu’une start-up a encore survendu son projet. 

Partager sur les réseaux sociaux