Actuellement en test chez Numerama, la nouvelle Freebox Ultra est la première box opérateur compatible Wi-Fi 7, avec pour promesse une connexion plus éclair que jamais. Nos comparaisons entre la Freebox Delta 6E et la Freebox Ultra sont formelles : Free tient ses promesses.

À 49,99 ou 59,99 euros par mois, la nouvelle Freebox Ultra coûte cher. Après avoir construit sa réputation sur les petits prix, Free mise aujourd’hui sur le haut de gamme pour monter en puissance (tout en continuant de commercialiser les Révolution et Pop à de plus petits tarifs). La force de la Freebox Ultra est l’intégration de très nombreux services normalement payants, comme Canal+, Netflix, Disney+, Amazon Prime ou Universal+. Libre à chacun de sortir sa calculette.

Une des autres nouveautés mises en avant par Free est l’intégration du Wi-Fi 7, la nouvelle norme Internet sans-fil qui vient tout juste d’être certifiée. C’est la première fois qu’un opérateur intègre nativement le Wi-Fi 7, alors que les appareils compatibles sont encore très rares. Free dit miser sur le long terme, en commercialisant une Freebox destinée à être compatible avec les appareils qui sortiront dans plusieurs années.

Depuis le 19 février 2024, la Freebox Ultra est en test chez Numerama, où nous recevons d’ailleurs la Fibre 10G symétrique promise par Free (8 Gb/s dans les deux sens). Plusieurs articles sur la Freebox Ultra arriveront dans les prochains jours, ce premier jet est dédié aux performances du Wi-Fi 7.

@numerama

On a testé le Wi-Fi 7 de la Freebox Ultra de Free ! #wifi7 #free #freeboxultra

♬ son original – Numerama – Numerama

Le Wi-Fi 7 de la Freebox Ultra : une vraie avancée ou du marketing ?

Le Wi-Fi 7 est présenté comme jusqu’à 4,7 fois plus rapide que le Wi-Fi 6E, avec des débits maximums annoncés de 46 Gb/s… Évidemment, ces promesses théoriques ne correspondent à rien. Le grand public n’aura jamais accès à ces fameux 46 Gb/s, qui sont très difficiles à répliquer dans le vrai monde.

La Freebox Delta est beaucoup plus grande que la Freebox Ultra. // Source : Numerama
La Freebox Delta est beaucoup plus grande que la Freebox Ultra. // Source : Numerama

Aujourd’hui, un des seuls appareils compatibles avec le Wi-Fi 7 est le Samsung Galaxy S24 Ultra. Un smartphone ultra haut de gamme en avance sur ses concurrents, même si d’autres terminaux Android ainsi que les iPhone 16 Pro pourraient passer au Wi-Fi 7 en 2024. Du côté des ordinateurs, le déploiement de cette nouvelle norme devrait avoir lieu dans les deux prochaines années.

Nos essais ont commencé par des tests de débit avec la Freebox Delta (Wi-Fi 6E), puis avec la Freebox Ultra (Wi-Fi 7), avec la même arrivée fibre. Deux terminaux ont été testés : le Galaxy S24 Ultra (premier tableau) et l’iPhone 15 Pro Max (second tableau), qui supporte la bande des 6 GHz du Wi-Fi 7, mais uniquement en Wi-FI 6E.

Freebox Delta (6E)Freebox Ultra (7)
Speedtest.net descendant1 602 Mbps3 221 Mbps
Speedtest.net montant676 Mbps1 758 Mbps
Fast.com descendant2 000 Mbps3 100 Mbps
Fast.com montant300 Mbps1 600 Mbps
Tests avec le Samsung Galaxy S24 Ultra (Wi-Fi 7)
Freebox Delta (6E)Freebox Ultra (6E)
Speedtest.net descendant1 532 Mbps1 113 Mbps
Speedtest.net montant459 Mbps1 223 Mbps
Fast.com descendant1 100 Mbps1 000 Mbps
Fast.com montant330 Mbps930 Mbps
Tests avec l’iPhone 15 Pro Max (Wi-Fi 6E)

Le débit descendant augmente avec le Wi-Fi 7, le débit montant augmente partout

Vous le constatez sûrement, le Wi-Fi 7 décoiffe. Sur le Galaxy S24 Ultra, qui profitait déjà d’une excellente connexion en Wi-Fi 6E, les débits descendants sont doublés. Les 3 000 Mb/s descendants que l’on réussit à obtenir sont trois fois plus rapides que ce que l’Ethernet offre au maximum sur certains terminaux, comme une PS5 ou une Apple TV. Le Wi-Fi 7 pourrait bien être le premier Wi-Fi qui donne envie de renoncer au filaire sur certains appareils, le jour où ils le supporteront.

Le Wi-Fi 7, en jaune, atomise le Wi-Fi 6E. En upload, l'écart est encore plus fort, mais il s'explique par le passage de 700 Mb/s à 8 Gb/s.
Le Wi-Fi 7, en jaune, atomise le Wi-Fi 6E. En upload, l’écart est encore plus fort, mais il s’explique par le passage de 700 Mb/s à 8 Gb/s. // Source : Numerama

Autre observation : la vitesse en upload est la meilleure surprise de la Freebox Ultra. Rien d’étonnant ici, puisque Free est passé de 700 Mb/s au maximum à 8 Gb/s avec sa nouvelle box, ce qui repousse drastiquement les limites. Envoyer un fichier sur WeTransfer est 3 à 6 fois plus rapide avec un terminal Wi-Fi 7 et 3 fois plus rapide en Wi-Fi 6E. Difficile d’en demander plus.

Qu’est-ce que cela donnerait en Ethernet ? Nous n’avons pas eu la possibilité de relier le port 10G de la Freebox à un ordinateur compatible Ethernet. On peut imaginer qu’on ne serait pas loin des 8 Gb/s symétriques annoncés, mais cet usage est tout de même plus contraignant qu’une simple connexion Wi-Fi. En plus du Wi-Fi 7, on peut espérer que les futurs terminaux grand public supporteront un Ethernet plus rapide que le Gigabit. Bien sûr, tout cela n’est possible que si l’on dispose d’une bonne connexion… Toutes les fibres ne se valent pas.

La Freebox Ultra n'a que des ports Ethernet 2,5G, mais les appareils compatibles sont rares. // Source : Numerama
La Freebox Ultra n’a que des ports Ethernet 2,5G, mais les appareils compatibles sont rares. // Source : Numerama

Plus petite que la Freebox Delta (mais plus épaisse), la Freebox Ultra laisse une bonne première impression pour l’instant, notamment grâce à son écran qui offre plus d’options que les indicateurs lumineux du précédent modèle. Freebox OS est toujours la meilleure interface de connexion, avec la possibilité de restaurer les paramètres de son ancienne box.

Quid de la disparition des quatre disques durs, de l’absence de module pour la maison connectée ou de la perte d’un port USB-C ? C’est l’objet d’autres articles.


Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !

Certains liens de cet article sont affiliés. On vous explique tout ici.