Accusé depuis longtemps de défendre des idées d’extrême droite et des théories complotistes, Elon Musk s’est affiché pour la première fois à un rassemblement prônant ces idées le week-end du 16 décembre 2023. Le patron de X et de Tesla s’est déplacé à Rome pour le festival Fratelli d’Italia, le parti de la première ministre Giorgia Meloni.

Elon Musk est-il d’extrême droite ? La question divise sur Twitter. Des millions de personnes n’ont absolument aucun doute sur l’idéologie du milliardaire, qui politise absolument tout depuis plusieurs mois et voit des combats culturels partout. Des millions d’autres sont convaincues qu’Elon Musk serait un génie qui utilise la polémique dans un intérêt marketing, sans rattachement à un combat politique.

Le 16 décembre 2023, Elon Musk s’est pourtant déplacé à Rome pour assister au festival Atreju, un événement apparenté à l’extrême droite italienne depuis 2014 (il était plutôt associé à la droite auparavant). Organisée par Fratelli d’Italia, le parti politique de la première ministre Giorgia Meloni, la manifestation politique a déjà vu défiler Steve Bannon, Marine Le Pen ou Viktor Orbán. L’édition 2023, qui avait pour slogan « Bentornato orgoglio italiano » (le retour de la fierté italienne), a misé sur la présence d’Elon Musk, en plus de la visite de chefs d’État étrangers, pour défendre certaines idées.

Elon Musk appelle à réguler l’immigration

Qu’est venu faire Elon Musk en Italie ? On peut toujours suspecter que sa présence était un calcul politique dans le but d’obtenir les faveurs du parti de Giorgia Meloni. Mais, le milliardaire a aussi pris la parole pour défendre les thèses du parti. Après s’être rendu à la frontière entre les États-Unis et le Mexique pour appeler à contrôler l’immigration, Elon Musk a cette fois-ci appelé à mettre fin à l’immigration illégale en Italie : « Augmentons l’immigration légale, mais nous devons mettre un terme à l’immigration clandestine. »

Un des combats majeurs d’Elon Musk : faire des enfants. Le milliardaire est convaincu qu’il faut se multiplier pour faire vivre l’humanité et a, pour la première fois, lié cette conviction personnelle à la thèse d’extrême droite du « grand remplacement ». Selon Musk, si l’immigration se poursuit sans une augmentation de la croissance démographique, « des gens disparaîtront », affirme-t-il. « Si une entreprise veut investir en Italie, y aura-t-il suffisamment de personnes pour y travailler ? », s’est demandé le patron de Tesla, ajoutant dans un second temps : « faites plus d’Italiens ».

Sur une terre conquise, Elon Musk est aussi revenu sur le « virus wokiste » qu’il accuse d’avoir contaminé les publicitaires et Disney. Rien de nouveau : Elon Musk lutte contre une prétendue inclusivité forcée depuis plusieurs mois, au même titre que le parti de Meloni. Plus étonnant, Elon Musk a présenté l’intelligence artificielle comme « une nouvelle espèce », en la décrivant comme la première grosse rupture depuis l’apparition des homo sapiens sapiens.

Elon Musk et la politique, une longue histoire

La présence d’Elon Musk à Atreju confirme-t-elle tout ce que l’on peut penser sur son appartenance politique ? Wired Italia fait remarquer que certains fans du milliardaire se sont rendu au festival seulement pour le voir, ce qui peut rappeler l’engouement qu’il avait suscité à Vivatech, qui frôlait sur certains aspects le meeting politique. Elon Musk a peut être servi d’appât pour Giorgia Meloni, dans le but d’attirer de jeunes Italiens.

Elon Musk, de plus en plus intéressé par la politique, a sympathisé avec le premier ministre albanais lors de la manifestation italienne.
Elon Musk, de plus en plus intéressé par la politique, a sympathisé avec le premier ministre albanais lors de la manifestation italienne. // Source : X

Dans le passé déjà, Elon Musk a appelé à voter pour le Parti républicain aux États-Unis, officiellement pour apporter un contre-pouvoir à Joe Biden, même s’il a depuis déclaré qu’il ne voterait pas pour l’actuel locataire de la Maison-Blanche en 2024. Elon Musk soutient publiquement Ron DeSantis, une figure conservatrice de la droite américaine qui combat lui aussi le « wokisme » et l’inclusivité. Son éventuel futur soutien à Donald Trump, si l’ex-président remporte la primaire républicaine, sera particulièrement scruté.

La présence d’Elon Musk à Atreju n’apaisera sans doute pas le débat autour de son appartenance à l’extrême-droite, la plupart de ses fans continuant de justifier tous ses faits et gestes. Elon Musk est irrévocablement un chef d’entreprise particulièrement politisé. Il est aussi un des plus influents, notamment puisqu’il détient Twitter.


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.