Selon les informations de Reuters, Meta a annoncé le 3 octobre à sa division « Reality Labs » sa décision de réduire ses effectifs, alors que la Reality Labs a fait perdre 13,7 milliards de dollars à Meta en 2022. Une information qui survient une semaine après une conférence durant laquelle Mark Zuckerberg n’a quasiment pas évoqué le métavers.

Touché, mais pas coulé… à moins que ? En ne prononçant pas le mot « métavers » avant la 33ᵉ minute de sa conférence Meta Connect du 27 septembre, Mark Zuckerberg a entériné un changement de stratégie pour son entreprise. Après avoir passé ces deux dernières années à répéter partout que « le métavers était le futur », le groupe Meta semblait sur le point de réorienter sa communication. Exit le métavers et le monde virtuel, place à la réalité mixte et à l’ordinateur spatial… C’est la même activité en soi, puisque les casques Meta Quest sont toujours au cœur de sa stratégie, mais avec un message moins isolateur, plus enclin au succès commercial. Au vu des efforts de Meta ces dernières années, on était prêts à parier que le groupe ne se laisserait pas abattre et continuerait de mener son projet industriel sur le long terme, ce qui est sa force depuis le début.

Et puis, patatras. Selon les informations exclusives de Reuters, Meta a annoncé à ses équipes le 3 octobre qu’il compte licencier une partie de sa Reality Labs, sa division en charge du métavers et de la XR. Le fait que cette décision survienne une semaine après le Meta Connect veut tout dire : Meta est bien en train de ralentir sur son projet, lancé il y a deux ans.

Une division qui perd beaucoup d’argent

En janvier, Mark Zuckerberg avait promis que 2023 serait « l’année de l’efficacité ». Fini les dépenses abstraites, place à une société mieux dirigée (avec 10 000 employés en moins), conçue pour rivaliser avec Google ou Apple. Sa Reality Labs, ou FAST (Facebook Agile Silicon Team), n’était pas touchée, puisque Mark Zuckerberg était convaincu qu’il s’agissait de l’avenir du groupe.

Neuf mois plus tard, la Reality Labs va connaître sa première vague de licenciement. Reuters n’est pas en mesure de dire quel pourcentage de l’équipe est concerné, puisque Meta annoncera la mauvaise nouvelle aux employés annoncés le 4 octobre. L’agence de presse indique que 600 personnes travaillent pour le Reality Labs, qui est une des plus grosses équipes de Meta malgré ses milliards de dollars de perte (13,7 milliards de dollars en 2022). Comme Reuters l’indique si bien, l’avenir du métavers dépendra du nombre de départs. La Reality Labs se remettra d’une dizaine de licenciements, pas de plusieurs centaines.

LA conférence Meta COnnect de MArk Zuckerberg dans le métavers Horizon Worlds. // Source : Numerama
LA conférence Meta Connect de Mark Zuckerberg dans le métavers Horizon Worlds. // Source : Numerama

Malgré tout ce que l’on peut penser du métavers (un sujet que Numerama a beaucoup couvert ces deux dernières années), cette décision de Meta est particulièrement étonnante. Même sans mettre le métavers au cœur de son activité, le groupe Meta a tout intérêt à continuer de développer ses casques XR (VR et MR), en prévision de ses futures lunettes de réalité augmentée, un projet dont rêve Mark Zuckerberg. Sur une échéance plus courte, son duel avec l’Apple Vision Pro est particulièrement attendu. Après avoir perdu tant d’argent, pourquoi donner l’impression qu’il a perdu la bataille si tôt, alors que la guerre n’a pas encore commencé ?

En annonçant le changement de nom de Facebook Inc. pour Meta en 2021, Mark Zuckerberg imaginait sans doute un autre destin à sa division métavers. Le monde virtuel est encore loin d’être mort, mais il a perdu l’immunité dont il bénéficiait chez Meta. L’entreprise n’a pas encore confirmé son plan de licenciement, mais elle ne l’a pas démenti.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !