Une démonstration sur l’intégration de ChatGPT dans la suite bureautique Office (Word, Outlook, PowerPoint) est attendue très bientôt, signe de l’empressement de Microsoft à avancer vite.

On l’a dit : Microsoft entend intégrer ChatGPT partout. Dans son moteur de recherche Bing, dans son navigateur web Edge, mais aussi dans ses autres logiciels, à commencer par sa suite bureautique. À en croire les informations récentes de The Verge, partagées le 10 février 2023, une démonstration dans Word, PowerPoint et Outlook est planifiée pour bientôt.

Ce serait seulement une question de semaines (on parle du mois de mars) avant que l’on puisse voir cet agent conversationnel à l’œuvre, selon les sources consultées par le média américain. Plus exactement, c’est une version customisée de ChatGPT qui est mobilisée — celle-ci repose sur un modèle appelé Prometheus, déjà déployé pour le nouveau Bing et le nouvel Edge.

Microsoft a investi des milliards dans le créateur de ChatGPT

L’intégration de ChatGPT dans Office ne surprendra pas celles et ceux qui suivent les dernières actualités autour de l’intelligence artificielle. Au mois de janvier, on apprenait un investissement colossal (10 milliards de dollars) de Microsoft dans OpenAI, l’entreprise derrière le chatbot. Un effort financier qui illustre le virage que prend le géant des logiciels dans l’IA.

Plus tôt encore, la presse bruissait de certains projets autour de la productivité, qui feraient appel aux outils d’OpenAI. Déjà à l’époque, il était question de pousser le chatbot dans le client de messagerie (Outlook), le traitement de texte (Word) et la présentation (PowerPoint) du groupe américain. En somme, on n’aurait presque plus rien à écrire, juste à donner ses instructions (prompts).

Page d'accueil pour essayer ChatGPT dans Bing // Source : Bing
La page d’accueil pour essayer ChatGPT dans Bing. // Source : Bing

On devine déjà quelles seraient les avancées d’une telle association : une meilleure recherche dans les mails, la traduction de texte à la volée, des suggestions pour finir des courriers ou des documents, des propositions d’amélioration dans les tournures de phrase ou le vocabulaire, une synthèse d’un travail de plusieurs pages, la création de listes, de graphiques ou de tableaux à la volée, etc.

L’empressement de Microsoft autour des thèmes de l’intelligence artificielle vient de plusieurs raisons : il y a d’abord une rivalité avec Google et le souci de ne pas être trop à la traîne sur un front sur lequel d’autres géants de la tech se déploient ou vont prochainement se mobiliser. Il y a aussi la perspective d’affaiblir la firme de Mountain View sur son terrain de prédilection, la recherche en ligne. Puis il y a aussi le constat que le public a réservé un bon accueil à ChatGPT, en s’y intéressant de près, malgré ses ratés et ses limites.

D’ailleurs, selon nos confrères, Microsoft avait plutôt l’intention au départ de lancer son nouveau Bing à la fin février. Le planning a toutefois été réorganisé pour assurer un lancement dès la semaine du 6 février. Objectif : rivaliser avec les propres annonces de Google (Bard, un chatbot concurrent qui fonctionne avec LaMDA) — qui en fin de compte a été plutôt décevant sur ce terrain.

Nouveauté : Découvrez

La meilleure expérience de Numerama, sans publicité,
+ riche, + zen, + exclusive.

Découvrez Numerama+

Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !