Les étapes 2 et 3 de l’alignement des 18 segments du télescope spatial James Webb ont été réussies. Désormais une étoile peut être captée comme un objet unique, et pas 18 images différentes.

C’est une belle réussite pour le développement du télescope spatial James Webb. La Nasa vient d’annoncer que les phases 2 et 3 du processus d’alignement des segments du miroir se sont très bien passées, ce 25 février 2022. Désormais, l’image d’une étoile peut s’observer comme un seul objet, et non pas 18 objets différents comme c »était le cas jusqu’ici.

  • La phase deux consistait en l’alignement des segments : il fallait faire des ajustements précis au niveau des miroirs pour que les images soient plus nettes. On le voit sur ce gif diffusé sur Twitter par la Nasa : c’est comme si le « focus » avait été fait : la luminosité semble plus restreinte et moins empâtée : l’image est mieux dessinée.
  • La phase trois est appelée « empilage d’images » et elle clairement la plus visible : il s’agit de réunir à présent ces 18 images du même objet, en un seul. « Pour mettre toute la lumière en un seul endroit, chaque image de segment doit être empilée, l’une sur l’autre. Dans l’étape d’empilement d’images, nous déplaçons les images de segment individuelles afin qu’elles tombent précisément au centre du champ pour produire une image unifiée », explique la Nasa.
etape_2 3
Les étapes 2 et 3 de l’alignement des segments du miroir // Source : Nasa/montage Numerama

L’alignement des miroirs de James Webb prend 3 mois en tout

L’alignement des miroirs de James Webb est un procédé très complexe et très long : la Nasa compte trois mois rien que pour en venir à bout de ces sept étapes différentes.

« Le processus de mise en service du télescope prendra beaucoup plus de temps que les télescopes spatiaux précédents, car le miroir principal de Webb se compose de 18 segments de miroir individuels qui doivent fonctionner ensemble comme une seule surface optique de haute précision », peut-on lire sur le site de la Nasa.

Maintenant que la troisième étape est passée, il reste désormais :

  • Étape 4, la « mise en phase granuleuse » : même si les images ont été empilées et que la lumière est placée au même endroit, « les segments agissent toujours comme 18 petits télescopes plutôt qu’un seul grand. » Ils doivent donc être alignés les uns avec les autres « avec une précision inférieure à la longueur d’onde de la lumière », explique la Nasa.
  • Étape 5, la mise en phase précise : qui permet de corriger et ajuster plus précisément l’alignement des segments.
  • Étape 6, où l’on aligne le miroir aux autres instruments
  • Étape 7, où l’on chasse les dernières erreurs possibles dans l’ajustement du miroir.