La comète Leonard voyage non loin de la Terre en ce mois de décembre 2021. Le satellite Solar Orbiter a capturé de splendides images de l’objet céleste qui se dirige désormais vers le Soleil.

Besoin de vous remettre dans l’esprit de Noël, entre deux cavalcades effrénées pour acheter les derniers cadeaux ? Faites donc une pause afin de contempler cette poétique vidéo que la Nasa et l’ESA ont partagé le 21 décembre. Ces images tout à fait spectaculaires montrent la comète Leonard sillonner l’espace.

La comète Leonard est passée à 35 millions de kilomètres de nous

L’objet céleste, baptisé C/2021 A1 (Leonard), a fait la joie des astronomes amateurs, car il était observable en décembre avec des jumelles ou un petit télescope. Ils ne sont pas les seuls à avoir gardé un œil sur la comète Leonard : entre le 17 et le 19 décembre, le Solar Orbiter Heliospheric Imager (SoloHI) a capturé une magnifique séquence d’images, avec la Voie lactée en toile de fond. Comme le souligne l’Agence spatiale européenne (ESA), « Vénus et Mercure sont également visibles en haut à droite. Vénus apparaît plus brillante et se déplaçant de gauche à droite ».

Bloc de poussière spatiale, de roche et de glace, la comète Leonard a une envergure d’environ 1 kilomètre. C’est le 12 décembre qu’elle est passée au plus près de la Terre (une proximité évidemment relative : on parle d’une distance de 35 millions de kilomètres). En ce moment, la comète C/2021 A1 Leonard est visible dans l’hémisphère sud. Solar Orbiter, lui, ne peut plus la suivre.

comete-interne
La comète Leonard a une envergure d’environ 1 kilomètre. // Source : ESA/NASA/NRL/SoloHI

Leonard pourrait quitter le Système solaire

Comme elle fonce en direction du Soleil, elle devient de plus en plus difficile à observer, prévient l’Observatoire de Paris : « elle sera rapidement noyée dans les lueurs de l’aube ». Dans un peu plus d’une semaine, le 3 janvier 2022, l’objet sera à son point le plus proche du Soleil, soit à 90 millions de kilomètres de distance de notre astre. Si la comète Leonard ne se désintègre pas, sa trajectoire l’emmènera dans l’espace interstellaire. Dans ce cas de figure, précise l’ESA, elle quittera notre Système solaire, et n’y reviendra plus jamais.