La mission DART, qui consiste à tester un concept de défense planétaire en déviant un astéroïde, a quitté la Terre. Sa rencontre avec Didymos aura lieu en 2022. Plusieurs autres étapes sont prévues.

23-24 novembre 2021 : départ de la mission DART

Une fusée Falcon 9 opérée par SpaceX a décollé de Californie le soir du 23 novembre 2021 (il était 7 heures du matin, le lendemain, en France métropolitaine), avec à son bord un impacteur d’un peu plus d’une demi-tonne. Objectif : la lune qui orbite autour de l’astéroïde Didymos. Son nom ? Dimorphos (un astéroïde parfait pour le test de déviation de la Nasa). Il faudra environ neuf mois à DART –Double Asteroid Redirection Test — pour rejoindre ce corps binaire, avant de s’y crasher volontairement.

Le décollage de DART. // Source : Bill Ingalls

Fin septembre 2022 : collision avec Dimorphos

Le moment clé de la mission. C’est entre fin septembre et début octobre 2022 que DART doit percuter de plein fouet Dimorphos, à un peu plus de 6,5 kilomètres par seconde. DART ne fracassera pas l’astéroïde, mais il laissera un cratère dont l’impact doit être suffisant pour modifier un peu son orbite. Sur les 12 heures que met Dimorphos à faire le tour, la baisse sera de l’ordre de plusieurs minutes.

2023 : poursuites des mesures

Après la rencontre à haute vitesse entre DART et Dimorphos, il sera possible d’effectuer des mesures à distance pour analyser le résultat de l’impact. Ces observations seront exécutées à deux niveaux : par des observatoires terrestres d’une part, dans la mesure où Didymos transite non loin de la Terre, et par un nanosatellite d’autre part (un cubesat LICIACube), qui aura été largué par DART juste avant le crash.

DART
Le résultat de DART pourra être observé depuis la Terre et via un nanosatellite, mais à terme une mission dédiée sera lancée pour compléter l’analyse. // Source : John Hopkins University

2024 : départ de la mission Héra

Après DART, une autre mission doit avoir lieu : Héra. Il s’agit d’un programme mené par l’Agence spatiale européenne, avec un décollage courant 2024. La mission a été validée en 2019 par le conseil des ministres européens. Compte tenu des calendriers, Héra ne pourra pas voir en direct l’impact de DART, mais observera le cratère quatre ans plus tard. La sonde sera aussi accompagnée par deux cubesats.

2026 : analyse du cratère et de l’astéroïde

C’est en 2026 que Héra doit rallier Didymos. La mission est double : il s’agit non seulement de voir de plus près, avec des instruments plus élaborés, le résultat de l’impact, afin de valider l’approche adoptée par la Nasa — c’est elle qui pilote le programme DART. Mais comme Héra est aussi à proximité de l’astéroïde, la mission sera aussi une très bonne occasion d’étudier de près les caractéristiques de cet astéroïde binaire.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo