C'est l'un des jalons majeurs du développement de Starship : le vol orbital. Celui-ci surviendrait dès janvier 2022, selon Elon Musk.

L’essai orbital du Starship pourrait arriver assez tôt. Profitant d’un passage lors d’une réunion des Académies nationales aux États-Unis, Elon Musk a suggéré que ce tir pourrait avoir lieu dès les premiers mois de l’année prochaine, peut-être en janvier ou février 2022. Et pourquoi pas plus tôt, par exemple dès décembre 2021, ou même en novembre ? Parce qu’il y a un conflit de calendrier.

Comme le pointe TechCrunch, la direction de l’aviation civile aux États-Unis a expliqué que l’examen de l’essai que prévoit de faire SpaceX sera bouclé d’ici le 31 décembre. Sur un plan strictement administratif, il n’y a aucun créneau crédible cette année. Par ailleurs, des travaux importants sont encore en cours pour aménager le pas de tir et le mât de support du lanceur.

SpaceX multiplie les essais pour préparer le vol orbital de Starship

En attendant la fin du chantier au Texas — le tir doit partir de Boca Chica, là où SpaceX a installé sa base lui servant de banc d’essai et de zone de fabrication des fusées –, les tests s’enchaînent outre-Atlantique. Ces dernières semaines, il y a eu l’essai de l’allumage d’un nouveau type de moteur dans l’étage supérieur de Starship, mais aussi l’actionnement de l’ensemble des six moteurs-fusées de cet étage.

Le Starship avait connu une intense phase d’essais en vol en début d’année, avec quatre tirs entre février et mai. Plus aucun autre vol n’a eu lieu à la suite de l’essai avec le prototype SN15, qui a réussi à décoller, faire ses manœuvres dans le ciel et atterrir sans encombre. Pour SpaceX, c’était le signe qu’il était temps de passer à l’étape d’après et essayer de tenir son calendrier ambitieux.

Starship SN10
Un vol d’essai avec le Starship SN10. // Source : SpaceX

Normalement, le premier vol orbital doit mettre en scène la fusée complète de Starship, c’est-à-dire l’étage supérieur associé avec l’étage principal. L’ensemble, une fois que tout est assemblé, est immense, avec un sommet culminant à 120 mètres. Le prototype mobilisera quelques dizaines de moteurs-fusées : ceux chargés de propulser l’étage supérieur, mais également ceux dédiés à l’étage principal.

Sur le papier, SpaceX prévoit un vol orbital partant de son centre d’essai texan avec une arrivée au nord-ouest de Kauai, l’une des îles de l’archipel d’Hawaï. L’appareil survolerait alors un segment important de la Terre. En principe, le premier étage de la fusée rentrera à la base, tandis que l’étage supérieur, lui, se poserait au beau milieu de l’océan Pacifique, avec l’espoir de le poser sur une barge aménagée.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo