Le télescope spatial James Webb est arrivé en Guyane le 12 octobre. Il quittera la Terre deux mois plus tard. Direction l'espace profond, à 1,5 million de kilomètres de là.

Ça y est, on entre véritablement dans la toute dernière ligne droite pour le lancement du télescope spatial James Webb. Cet équipement scientifique de pointe, qui sera déployé très loin dans l’espace, à 1,5 million de kilomètres de la Terre, vient d’arriver à bon port. Littéralement, d’ailleurs : l’engin a achevé son périple en mer en accostant au port de Pariacabo, situé à Kourou, en Guyane française.

L’arrivée du télescope en Guyane a été confirmée le 12 octobre par l’Agence spatiale européenne. Pour un tel trajet pour l’appareil, qui est pourtant de fabrication américaine ? Parce que c’est justement le Vieux Continent qui va se charger de l’envoyer dans l’espace. Le décollage de la fusée Ariane 5 qui sera réquisitionnée pour cette mission est prévu pour le mois de décembre 2021. Sauf énième report.

Une illustration de James Webb. On distingue la structure particulière de ses miroirs segmentés. // Source : Naa’s James Webb Space Telescope/Pierre Vuaillet

Deux mois d’intenses préparations avant le vol

Il peut sembler curieux de faire venir si tôt que le télescope en Guyane alors que vol n’est pas programmé avant deux mois. C’est oublier qu’il y a d’ici le tir une succession d’étapes à franchir. En premier lieu, toutes les équipes seront mobilisées pour s’assurer que James Webb a bien supporté son voyage maritime et qu’il n’a subi aucun dégât, que ce soit sur ses miroirs segmentés que sur le reste de sa structure.

Ce travail, qui doit être minutieux, sera ensuite suivi par la préparation visant à installer l’engin dans Ariane 5. Là aussi, d’infinies précautions doivent être prises pour éviter toute mauvaise manœuvre qui pourrait abîmer le lanceur et le télescope. Cette phase doit en principe avoir lieu une semaine avant le tir. Ensuite, le télescope est enfermé dans la coiffe et la fusée est amenée la veille du tir sur l’aire de lancement.

Parfois présenté à tort comme le successeur du célèbre Hubble, le télescope James Webb est très attendu par la communauté des astronomes, car il dispose de qualités exceptionnelles dans l’observation de l’infrarouge et de capacités techniques pour générer des photographies d’une extrême finesse à un rythme plus soutenu. Autrement dit, il verra plus loin dans l’espace et plus vite.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo