Le télescope spatial James-Webb, dont le lancement est attendu pour la fin de l'année 2021, ne vise pas à remplacer Hubble. Il s'agit plutôt de son successeur. Leurs observations pourraient même être complémentaires.

Avec son immense miroir segmenté, le télescope James-Webb sondera bientôt les profondeurs de l’espace, jusque-là où Hubble ne peut distinguer la lumière des premières étoiles et des galaxies formées dans l’Univers. C’est indéniable : le JWST (James Webb Space Telescope) va supplanter Hubble par sa sensibilité. Néanmoins, il ne serait pas tout à fait exact de dire que le JWST pourra se substituer à Hubble.

Un successeur, plutôt qu’un remplaçant

« Webb est souvent appelé le remplaçant de Hubble, mais nous préférons l’appeler son successeur », écrit la Nasa sur le site consacré à la mission du JWST. Cela s’explique aisément : les capacités des télescopes spatiaux ne sont pas strictement identiques. Les deux observatoires ne sont pas équipés pour voir exactement dans les mêmes longueurs d’onde de la lumière. Le JWST verra l’Univers jusque dans l’infrarouge moyen.

Il surpasse ainsi Hubble qui ne voit que jusque dans l’infrarouge proche (c’est comme si Hubble ne pouvait voir que des « galaxies enfants », alors que le JWST verra des « bébés galaxies »). Cependant, le télescope James-Webb est incapable d’observer dans l’ultraviolet, comme le fait Hubble (et il est le seul à le faire). Si Hubble ne fonctionne plus, ce type d’observations ne pourra pas être réalisé avec le JWST.

Hubble ne pourra pas être remplacé par le JWST. // Source : Nino Barbey pour Numerama

Miroir, orbite : des caractéristiques différentes

Les deux observatoires sont équipés d’un miroir primaire très différent. Celui du télescope James-Webb est plus grand (6,5 mètres de diamètre, contre 2,4 mètres pour Hubble), avec davantage de place pour collecter la lumière. Cela va lui permettre d’observer plus loin dans le passé de l’Univers, par rapport aux capacités de Hubble. En outre, le miroir du JWST est segmenté, alors que celui de Hubble ne l’est pas.

Quant à leur orbite, elle n’est pas non plus la même : tandis que Hubble tourne autour de la Terre, à environ 575 km d’altitude, le James-Webb sera positionné à 1,5 million de kilomètres de notre planète, derrière la Terre par rapport au Soleil (en orbite autour d’un point d’équilibre, le point de Lagrange 2). Cet emplacement est indispensable pour protéger l’observatoire de la chaleur du Soleil : il doit rester froid afin de percevoir correctement les signaux faibles d’objets très éloignés.

Si tout se passe comme prévu, le JWST sera lancé le 18 décembre 2021. Il lui faudra alors six mois pour être déployé et atteindre son emplacement définitif dans l’espace. Mais lorsqu’il sera pleinement fonctionnel et commencera à observer les étoiles, les astronomes ne se détourneront pas de Hubble pour autant. Ils auront encore besoin de l’autre télescope spatial : l’idéal serait même de disposer du JWST et de Hubble en même temps, car leurs observations seront finalement assez complémentaires. Néanmoins, Hubble a rencontré un souci inédit récemment et reste en sursis, même si le problème a pu être résolu.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo