Une efficacité de 76 % contre les formes symptomatiques, et de 100 % pour prévenir les formes graves de la maladie ainsi que les hospitalisations. De nouvelles données publiées dans les prochains jours devront confirmer ces résultats.

Les États-Unis ont un stock conséquent de doses du vaccin d’AstraZeneca contre le coronavirus, mais n’en ont pas encore autorisé l’utilisation. Cependant, un large essai clinique a été mené sur le territoire américain pour continuer à mesurer l’efficacité et la sécurité du vaccin.

L’étude de phase 3 a été menée auprès de 32 449 volontaires, randomisés en deux groupes, l’un vacciné (les deux tiers), l’autre sous placébo (le dernier tiers). Après avoir diffusé de premiers résultats le 22 mars dans une analyse préliminaire, AstraZeneca a complété le 25 mars avec des résultats plus récents et complets.

L’efficacité

Les résultats de l’essai clinique montrent :

  • Une efficacité de 76 % pour empêcher les infections symptomatiques au coronavirus SARS-CoV-2 ;
  • Une efficacité de 85 % chez les personnes de plus de 65 ans, ce qui confirme une cohérence des résultats sur toutes les tranches d’âge ;
  • Une efficacité de 100 % pour prévenir les formes graves de la maladie ainsi que les hospitalisations — un résultat d’autant plus positif que 60 % des volontaires avaient des comorbidités (diabète, obésité sévère, maladie cardiaque…) habituellement associées à un risque accru de formes sévères.

Le vaccin d’AstraZeneca est hautement efficace, confirme une étude américaine

Vaccin AstraZeneca contre le coronavirus.

Source : Flickr/CC/gencat cat (photo recadrée)

Ces résultats vont dans le sens d’une efficacité de plus en plus démontrée pour le vaccin d’AstraZeneca. Ils sont même légèrement supérieurs à ce qui avait été publié jusqu’alors. Une étude écossaise, dont les résultats proviennent de l’utilisation « dans la vraie vie » du vaccin, montrait une réduction de 94 % des hospitalisations ; ainsi qu’une efficacité de 85 % chez les 18-64 ans, 79 % chez les 65-79 ans, et 81 % chez les plus de 80 ans, dans un délai de 28 à 34 jours après la première dose.

Il est nécessaire maintenant que ces résultats soient publiés dans une revue scientifique afin d’être accessibles à toute la communauté scientifique.

La sécurité

L’étude menée aux États-Unis consistait également à évaluer les effets secondaires provoqués par le vaccin d’AstraZeneca, des éléments d’autant plus importants dans un contexte où une assez mauvaise gestion politique dans la communication autour d’éventuels risques de thromboses ont provoqué une chute de la confiance envers ce vaccin.

« Aucun risque accru de thrombose »

Dans cette étude américaine, le comité indépendant de surveillance des données sur la sécurité n’a pas identifié d’inquiétudes particulières quant aux effets secondaires. Par ailleurs, étant donné les récents événements en Europe, le comité s’est penché plus spécifiquement sur les risques de thromboses et a conclu n’avoir trouvé « aucun risque accru de thrombose ou d’événements caractérisés par une thrombose parmi les 21 583 participants ayant reçu au moins une dose du vaccin. »