Le CNES a fait un bilan de l'état de santé de l'instrument SuperCam, qui se trouve sur Mars à bord du rover Perseverance. Les tout premiers sons enregistrés sur la planète à l'aide du microphone de cet instrument scientifique ont été dévoilés.

Comment se porte l’instrument le plus lourd de Perseverance depuis l’arrivée du rover sur la planète ? Le CNES a fait un premier bilan ce mercredi 10 mars 2021, lors d’un événement en direct, des premières activités de SuperCam. Depuis le 18 février 2021, cet « œil » du rover, dont la France a participé à la conception, est posé avec le reste de la charge utile de l’astromobile sur la planète rouge.

Presque trois semaines après cet atterrissage à haut risque, l’agence spatiale française a donné des nouvelles de cet instrument, qui dispose de cinq techniques différentes pour observer et analyser à distance la composition chimique et minéralogique des roches martiennes. Les experts du CNES ont notamment présenté les tout premiers sons enregistrés par le microphone de l’instrument SuperCam.

Ils sont à distinguer des précédents enregistrements qui avaient été présentés par la Nasa le soir du 22 février. Ces sons-là avaient été obtenus à l’aide d’un autre microphone présent à bord du rover, le microphone de descente. Cette fois-ci, les sons sont ceux qui ont été enregistrés par le microphone disposé sur l’instrument scientifique SuperCam.

Emplacement des deux microphones de Perseverance. // Source : Nasa (image modifiée et annotée)

Les trois premiers enregistrements du micro de SuperCam

Le premier enregistrement, qui a été obtenu lors du 1er sol (le nom du jour sur Mars) de la mission, alors que le microphone venait d’être allumé, permet d’entendre le son d’une brise martienne. « Écoutez les premiers sons du vent capturés par mon microphone SuperCam. Ce micro est situé en haut de mon mât. Pour cet enregistrement, mon mât était toujours abaissé, donc le son est un peu étouffé », peut-on lire sur le compte Twitter @NASAPersevere.

Un deuxième enregistrement du vent sur Mars a pu être obtenu lorsque le mât du rover a été déployé. La mission en était alors à son 4è sol. Les bruits venant du rover lui-même ont été nettoyés.

Enfin, le CNES a présenté un troisième enregistrement, qui correspond cette fois-ci aux sons des tirs du laser de SuperCam, vers la surface de Mars. Il a été obtenu au 12è sol de la mission. « Vous écoutez les premiers enregistrements audio des frappes laser sur Mars. Ces sons de tapotements rythmiques entendus par le microphone de mon instrument SuperCam ont différentes intensités qui peuvent aider mon équipe à comprendre la structure des roches autour de moi », a tweeté la Nasa via le compte de la mission.

La science peut officiellement commencer

Grâce à ces premiers enregistrements audio et plus largement aux données obtenues lors de ces premiers jours après l’atterrissage de Perseverance sur Mars, les experts et expertes du CNES ont été en mesure de constater que l’instrument SuperCam est en bonne santé.

« Je suis très heureuse aujourd’hui de remettre les clés de l’instrument à l’équipe scientifique afin qu’elle puisse explorer l’habitabilité du cratère Jezero et y trouver des traces de vie passée, on l’espère », a déclaré Pernelle Bernardi, ingénieure CNRS à l’Observatoire de Paris – PSL au Laboratoire d’études spatiales et d’instrumentation en astrophysique (LESIA) et responsable technique de l’instrument Supercam du rover.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo