Jean Castex a annoncé des mesures renforcées dans 23 départements, et un confinement le weekend dans le Pas-de-Calais.

Comme chaque semaine, le gouvernement a donné une conférence de presse, à 18h, ce jeudi 4 mars 2021. Le Premier ministre Jean Castex a alors rappelé des différences régionales marquées, avec des taux d’incidence plus élevés que la moyenne nationale dans certaines zones. En effet, la semaine dernière, 20 départements avaient été placés en vigilance renforcée.

Le Premier ministre a alors insisté sur le choix du gouvernement de ne pas confiner nationalement, le confinement n’étant pas, selon lui, une mesure par anticipation. Il a alors annoncé plusieurs mesures localisées.

Le Pas-de-Calais confiné le weekend

Dans les 20 départements, le virus a continué de circuler plus activement, sauf dans les Bouche-du-Rhône et la Moselle. Le taux d’incidence dépasse 250 pour 100 000 habitants. Pour les Alpes Maritimes et le Pas-de-Calais, le taux d’incidence est encore plus élevé. Dans le Pas-de-Calais, ce taux dépasse les 400 contaminations pour 100 000 habitants.

De fait, dès samedi 6 mars 2021, le dispositif de confinement le weekend s’étend à l’ensemble du département du Pas-de-Calais. Toutes les grandes surfaces non-alimentaires seront par ailleurs fermées.

Le Nord Pas de Calais est reconfiné le week-end // Source : Capture d’écran Numerama

3 départements passent en vigilance

3 nouveaux départements, où la situation s’est dégradée, passent sous surveillance renforcée :

  • Aisne
  • Aube
  • Hautes-Alpes

Mesures dans les 23 départements en vigilance

Dans les 23 départements en vigilance, les mesures sont renforcées. Les surfaces commerciales de plus de 10 000m² seront fermées. Le port du masque sera étendu à toutes les zones urbaines aux départements en vigilance renforcée, là où il ne l’était pas déjà. Certains sites très fréquentés pendant les weekends verront leur accès interdit.

Les préfets pourront interdire les manifestations organisées dans l’espace public lorsqu’elles présentent « un risque sanitaire avéré ».

La vaccination sera accélérée dans ces 23 départements.

Le Premier ministre a ajouté des « recommandations » :

  • Réduire les contacts sociaux et familiaux, car « cela avait eu un vrai impact » pendant les fêtes ;
  • Ne pas sortir, autant que possible, des 23 départements concernés.
La carte des départements sous surveillance renforcée // Source : Capture d’écran Numerama

Point vaccination

D’après les chiffres du Premier ministre, sept millions de doses ont été reçues en janvier/février ; 22 millions devront être reçues en avril/mai. Il a ensuite parlé des projections de livraisons.

Les personnes vaccinés prévues // Source : Capture d’écran Numerama

D’ici la mi-avril, la vaccination en première injection devrait avoir été réalisée auprès d’au moins 10 millions de personnes (la totalité des personnes vulnérables volontaires), et 20 millions de personnes d’ici mi-mai. «  Le rythme va s’accélérer », a encore réaffirmé Jean Castex.

La vaccination pour les moins de 50 ans // Source : Capture d’écran Numerama

« Nous sommes entrés dans une course contre la montre contre l’épidémie », a conclu le Premier ministre. Quant à la mise en pratique de cette course, le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé que « nous avons demandé la création de centres éphémères de vaccination afin de vacciner ce week-end ». La vaccination au sein des hôpitaux devrait, elle aussi, connaître une stratégie d’accélération.

«  Nous souhaitons que les doses attribuées soient injectées le plus vite possible. Je ne veux pas qu’elles dorment dans des frigos de médecins ou de pharmaciens », a ajouté le ministre de la Santé concernant la vaccination en médecine de ville. Les pharmaciens pourront vacciner en officine à compter de la mi-mars.

Bilan de situation

Le variant anglais représente plus de 60 % des contaminations en France, en ce début mars 2021. Sur les sept derniers jours, « la circulation a continué de progresser, mais à une vitesse moindre que ce que nous pouvions craindre », a relevé Jean Castex. La hausse n’est donc pas exponentielle. La contamination chez les plus âgés continue par ailleurs de se réduire, a noté le Premier ministre, qui y voit les premiers effets de la vaccination prioritaire chez ces publics.

L’évolution du covid en France // Source : Capture d’écran Numerama

Du côté des hospitalisations, «  nos établissements de santé restent toujours soumis à une forte pression », a nuancé Jean Castex.

Le nombre de personnes en réanimation a augmenté // Source : Capture d’écran Numerama

 

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo