Après une mission habitée mi-novembre et un ravitaillement début décembre, SpaceX se retrouve dans la situation où la Station spatiale internationale accueille deux capsules Dragon.

2020 a été une année de « premières » pour SpaceX. Première fois que les deux parties de la coiffe d’une fusée Falcon 9 sont récupérées. Première fois que la Tesla Roadster avec Starman s’approche de Mars. Première fois que l’entreprise atteint le cap des 100 vols avec son lanceur. Première fois qu’elle transporte des astronautes, d’abord dans un vol d’essai puis au cours d’une mission opérationnelle. Ou encore première fois qu’elle se sert de son nouveau vaisseau cargo Dragon.

Alors que l’année s’achève, SpaceX signe une autre « première », en ce début du mois de décembre. La société a en effet envoyé deux vaisseaux Dragon s’amarrer à la Station spatiale internationale (ISS). Cela n’avait jamais été fait auparavant et il ne s’agit pas d’un hasard. C’est la conséquence directe de l’importance croissante que prend le trublion de la conquête spatiale dans l’orbite terrestre basse et surtout dans les activités de l’ISS.

SpaceX Crew Dragon
La capsule Crew Dragon, dédiée au transport d’équipage. // Source : Nasa

Transport d’équipage et ravitaillement

SpaceX participe désormais à deux types de missions : la première, dont les racines remontent à 2012, consiste à acheminer des vivres et du matériel pour les équipages. La société a déjà effectué plus de vingt rotations de ce type. La seconde est beaucoup plus récente, car il s’agit de transporter des astronautes. Après des années de préparation, SpaceX a obtenu la qualification adéquate en 2020. Et pour chaque mission, c’est une variante du vaisseau Dragon qui est utilisée.

Le premier de ces deux vaisseaux a rejoint l’ISS mi-novembre, avec quatre astronautes à bord — même si techniquement, la navette est capable d’accueillir jusqu’à sept personnes. Il restera amarré plusieurs mois, le temps de la mission Crew-1. Quant au second, il arrive début décembre, avec notamment le nouveau sas de l’ISS. Il s’agit d’ailleurs d’une version améliorée du Dragon en mode cargo, qui n’est donc pas adapté au transport d’individus.

Ces doubles amarrages restent ponctuels. Si la capsule habitée reste amarrée à l’ISS au cas où il faudrait les évacuer, celle chargée du transport ne reste en orbite que quelques semaines. Toutefois, cette situation est amenée à se répéter dans les années à venir, car SpaceX va garder une place prépondérante dans l’acheminement de ressources, et du fait de ses nouvelles obligations — une nouvelle mission habitée est prévue en 2021, qui accueillera notamment Thomas Pesquet.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo