L'astéroïde 2020 VT4 est passé à 380 kilomètres de la Terre le vendredi 13 novembre 2020. Détecté plusieurs heures après, l'objet a établi un nouveau record de distance avec la Terre lors de ce passage rapproché. Mais même s'il avait touché la Terre, il n'y aurait rien eu à craindre.

Pour une fois, il ne serait pas faux de dire que cet objet a « frôlé » la Terre. Le 13 novembre 2020, l’astéroïde 2020 VT4 est passé à un peu moins de 400 kilomètres au-dessus de l’océan Pacifique, établissant ainsi un record de distance avec notre planète, a repéré Universe Today.

La trajectoire de l’objet, initialement baptisé A10sHcN, a été imagée par l’astronome amateur Tony Dunn sur Twitter le 14 novembre. « Cette rencontre [ndlr : avec la Terre] a raccourci son orbite, assurant que ce géocroiseur fera des passages rapprochés plus fréquents », indique-t-il.

Détecté après son passage rapproché

L’objet a été découvert après son passage au plus proche de la Terre, dans le cadre du relevé astronomique ATLAS (Asteroid Terrestrial-impact Last Alert System, soit le « système d’alerte ultime d’impact d’astéroïde »), depuis l’observatoire du Mauna Loa à Hawaï le 14 novembre — 15 heures après l’approche. Ce n’est pas étonnant : il est délicat de repérer des astéroïdes dirigés vers la Terre lorsqu’ils arrivent dans la direction du Soleil, qui gêne alors les observations. Dans un tweet du compte lié au projet ATLAS, on apprend que l’objet serait passé à moins de 240 milles de la surface de la Terre, soit environ 380 kilomètres — pour se rendre compte de la distance, on peut se rappeler que la Station spatiale internationale tourne autour de la Terre à une altitude d’environ 400 kilomètres.

L’astéroïde est plutôt petit : il ferait entre 5 et 10 mètres de diamètre. S’il avait touché la Terre, il n’aurait donc pas fait de dégâts, car il se serait désagrégé dans l’atmosphère. À titre de comparaison, le superbolide de Tcheliabinsk, observé dans le ciel de l’Oural en février 2013, faisait environ 17 mètres de diamètre et était environ 10 fois plus massif. Il avait créé une onde de choc, détruisant des vitres et blessant ainsi des personnes. 2020 VT4 n’aurait pas produit un événement si impressionnant en touchant la Terre.

Orbite de la Terre et de 2020 VT4 au 18 novembre 2020. // Source : Capture d’écran JPL Small-Body Database Browser, annotations Numerama

Néanmoins, le passage de 2020 VT4 est notable, car il est passé plus près de la Terre que n’importe quel autre astéroïde connu, à l’exception de ceux qui sont devenus des météores — nom donné au phénomène lumineux qui se produit lors de la chute d’un corps extraterrestre dans l’atmosphère. 2020 VT4 s’est trouvé plus proche de notre planète que ne l’avait été 2020 QG en août dernier (il était passé à environ 3 000 kilomètres de distance).

La classification de l’astéroïde a changé

Selon les informations de Universe Today, aucun satellite, ni même l’ISS, n’a été perturbé par le passage de 2020 VT4. L’orbite de l’astéroïde, elle, est par contre très modifiée par cette rencontre. À l’origine, l’objet mettait 549 jours à faire un tour autour du Soleil. Désormais, il en met 315. La classification de l’objet elle-même a changé. Avant de survoler la Terre, il était un astéroïde Apollon, qui évoluait de la Terre jusqu’à Mars. Maintenant, 2020 VT4 est un astéroïde Aton, qui évolue de Vénus vers la Terre.

La prochaine fois que 2020 VT4 reviendra dans les parages de la Terre, ce sera le 13 novembre 2052, à une distance bien plus importante, estimée à 1,8 million de kilomètres.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo