Un astéroïde va passer dans le voisinage de la Terre le [insérer une nouvelle date]. Mais il ne représente pas une menace. Avec cet article, Numerama souhaite montrer combien certaines informations erronées sont redondantes dans l'espace médiatique — et combien cette désinformation est aussi inutile que potentiellement néfaste pour les lecteurs et lectrices.

Non, un astéroïde ne va pas s’écraser sur Terre le [insérer une nouvelle date]. Ce texte à trou que nous publions aujourd’hui sur Numerama peut prêter à sourire, mais il montre en réalité combien la couverture médiatique de certains événements astronomiques est défaillante.

« Un astéroïde de la taille d’un gratte-ciel volera près de la Terre le [insérer une nouvelle date] », « Un astéroïde va-t-il s’écraser sur Terre le [insérer une nouvelle date]  ? » : à la lecture de ces titres, on pourrait croire qu’il faudrait vraiment s’inquiéter du prochain passage de l’astéroïde [insérer un nouveau nom] dans le voisinage terrestre. Pourtant, cet objet ne représente pas un véritable danger.

Le cas 2011 ES4

Dernier exemple en date : un astéroïde nommé 2011 ES4 doit s’approcher de nous le 1er septembre 2020. La Nasa a rassuré en disant que l’objet ne va pas heurter notre planète. Certes, l’objet est considéré « ‘proche’ à une échelle astronomique mais ne présente aucun danger de toucher la Terre ». Il devrait passer en toute sécurité à une distance d’environ 72 000 kilomètres de nous, selon l’agence.

Le cas 2018VP1

« Un astéroïde pourrait s’écraser sur Terre la veille de l’élection américaine », « Un astéroïde pourrait frapper les États-Unis… un jour avant les élections » : vous n’êtes probablement pas passé à côté des titres alarmistes, d’articles publiés fin août 2020, anticipant une rencontre fantasmée entre la Terre et un astéroïde le 2 novembre.

Pourtant, il n’y a absolument pas lieu de s’inquiéter, comme l’a souligné la Nasa : ce petit objet, nommé 2018VP1, qui doit effectivement survoler la Terre ne représente en aucun cas une menace.

L’animation suivante permet de voir la trajectoire que devrait suivre 2018VP1 lors de son passage dans les environs de la Terre le 2 novembre. La Terre est représentée en bleu, la Lune apparaît en jaune et la trajectoire de l’astéroïde est en rose.

Animation du passage de l’astéroïde 2018VP1. // Source : Wikimedia/CC/HORIZONS System, JPL, NASA, Phoenix7777

L’objet a été identifié pour la première fois en novembre 2018. Le 2 novembre 2020, il devrait donc passer au maximum à une distance de 0,025 unité astronomique de la Terre, soit à environ 3,7 millions de kilomètres. 2018VP1 n’est pas considéré comme un objet potentiellement dangereux car les objets qui entrent dans cette catégorie ont un diamètre d’au moins 150 mètres.

« L’astéroïde 2018VP1 est très petit, approximativement 6,5 pieds [ndlr : 2 mètres] et ne représente aucune menace pour la Terre. Il a actuellement 0,41 % de chances de pénétrer dans l’atmosphère de notre planète, mais s’il le faisait, il se désintègrerait en raison de sa taille extrêmement petite », résume l’agence spatiale.

Comme d’habitude…

Ce n’est pas la première fois que des astéroïdes qui ne représentent aucun danger sont pourtant présentés à plusieurs reprises comme des impacteurs susceptibles de causer de nombreux dégâts sur la Terre.

Sur Numerama, nous avons parlé régulièrement de ce genre d’évènements, appelant chaque fois à la mesure, et en rappelant qu’il n’y a aucune raison de s’en inquiéter, et encore moins de provoquer une potentielle panique gratuite chez les lecteurs et lectrices.

Quelques exemples de nos articles passés :

La prochaine fois qu’un astéroïde passera dans les environs terrestres, notre article sera donc prêt : il nous suffira d’y insérer une nouvelle date !

Pas de panique. // Source : Captures d’écran Google le 25 août 2020 pour la recherche « astéroïde ».

Crédit photo de la une : Pixabay

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo