Des chercheurs ont établi la première carte de la couronne solaire.

Le Soleil émet des vents solaires qui peuvent être plus ou moins puissants. En cas d’éruptions particulières fortes, les « tempêtes solaires » ont un impact sur Terre. Elles peuvent surtout endommager nos installations électriques, en perturbant significativement les systèmes de distribution d’énergie, de l’aviation, de communication et des satellites. La raison est surtout à trouver dans les particules éjectées depuis l’atmosphère du Soleil lorsque ces événements surviennent.

Cette atmosphère est appelée couronne solaire, mais celle-ci est très difficile à étudier. D’abord, parce que cette couche elle-même, faite de plasma (un état de la matière extrêmement chaud et ionisé), est extrêmement fin. Ensuite, cette couronne est occultée par… la lumière du Soleil, qui camoufle ce qui est lui est proche, et donc forcément sa propre atmosphère. Pour l’observer, il faut batailler avec des instruments spécifiques. Et à l’œil nu, c’est tout bonnement impossible, sauf en cas d’éclipse totale de Soleil, avec des lunettes appropriées pour se protéger.

Une éruption solaire. // Source : Wikimedia/CC/NASA/GSFC/SDO

Une carte du champ magnétique solaire

Pour dépasser ce problème, qui empêche de prédire précisément les tempêtes solaires, des scientifiques viennent de venir à bout de la toute première carte du champ magnétique du Soleil. Les vents solaires sont en effet causés par le champ magnétique, cela crée donc une base idéale pour établir un calendrier prédictif relativement fiable des éruptions. L’équipe scientifique à l’origine de ce projet relaie ses avancées dans un papier de recherche publié le 7 août 2020 dans Science.

Pour établir cette carte, les chercheurs ont utilisé le Coronal Multi-channel Polarimeter, un instrument de haute précision, qui permet de bloquer l’astre solaire et sa luminosité, afin d’isoler ce qui l’entoure, son atmosphère proche. Ils ont ainsi pu mesurer des éléments comme la densité du plasma ou la vitesse des vents solaires. «  La méthode peut potentiellement être utilisée pour produire des cartes routinières du champ magnétique de la couronne qui seraient similaires à celles déjà disponibles pour la surface solaire », peut-on lire en introduction du papier.

Crédit photo de la une : Flickr/CC/NASA/Goddard/SDO (photo recadrée)

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo