Des tempêtes solaires puissantes risquent d'endommager nos installations électriques. Or, des scientifiques ont aperçu que ces événements se produisaient plus souvent que prévu, tous les 25 ans en moyenne.

Une puissante tempête solaire susceptible de perturber nos systèmes électriques se produit en moyenne tous les 25 ans. Une équipe de scientifiques est arrivée à cette conclusion dans une étude, repérée par UniverseToday et publiée le 22 janvier 2020 dans la revue Geophysical Research Letters.

« Les événements météorologiques spatiaux extrêmes perturbent de façon significative les systèmes de distribution d’énergie, de l’aviation, de communication et des satellites », écrivent les auteurs de l’étude. La météorologie spatiale s’intéresse aux vents solaires puissants. Notre étoile émet en permanence ce qu’on appelle le vent solaire, un flux de particules éjectées de l’atmosphère du Soleil. Ces particules risquent d’endommager les matériaux électroniques utilisés sur Terre. Déterminer à quelle fréquence ces événements surviennent permet d’anticiper d’éventuels dégâts matériels.

Le vent solaire, vue d’artiste. // Source : Capture d’écran YouTube ScienceAtNasa

Les auteurs font la différence entre des « orages magnétiques sévères » et des « super tempêtes ». Sur les 150 dernières années, les premiers se sont produits lors de 42 années, tandis que les deuxièmes se sont produits lors de 6 années.

Ces événements peuvent « arriver à tout moment »

« Nos recherches montrent qu’une super-tempête peut se produire bien plus souvent que nous le pensions. Ne vous laissez pas tromper par les statistiques, cela peut peut arriver à tout moment, nous ne savons tout simplement pas quand et nous ne pouvons pas le prédire », commente Richard Horne, en charge de la météorologie spatiale au sein du British Antarctic Survey et co-auteur de l’étude, cité dans un communiqué.

Afin de connaître l’intensité des événements météorologiques spatiaux, il est possible d’utiliser des enregistrements des changements du champ magnétique à la surface de la Terre. Néanmoins, ces données ne permettent de remonter que jusqu’en 1957 (ce qui permet d’étudier 5 cycles de l’activité du Soleil, car un cycle correspond environ à 11 années). Pour remonter plus loin dans le passé, les scientifiques ont utilisé un indice géomagnétique (qui permettent de décrire l’activité du champ magnétique à l’échelle de la planète) « aa ». Il leur a permis de remonter encore plus loin, 150 ans dans le passé, sur plus de 14 cycles solaires.

Même si ces tempêtes solaires ne durent que quelques jours, leur puissance est suffisante pour risquer de perturber nos activités. Ces événements peuvent entraîner des coupures de courant ou provoquer une perte des signaux GPS ou des communications radio. C’est pourquoi il est essentiel de réussir à estimer leur fréquence plus précisément.

Partager sur les réseaux sociaux