La reprise économique provoque un regain de l'industrie lourde. Les émissions polluantes sont plus élevées qu'en 2019 à la même période.

Lorsque 3 milliards d’humains étaient confinés, les images satellites ont montré une baisse drastique et flagrante des émissions de gaz à effet de serre. C’était le cas en Chine, en France, en Italie, aux États-Unis. En Europe, la concentration de dioxyde d’azote a globalement chuté de 40 à 50 % en mars 2020. En Chine, début mars, elle avait baissé de 10 à 30 %. La sonnette d’alarme a toutefois été rapidement tirée par plusieurs écologistes et organismes scientifiques : non seulement cette baisse est temporaire, mais le risque écologique lié à la reprise économique est en embuscade.

Alors que le déconfinement s’orchestre, cette crainte se vérifie d’ores et déjà. Dans un rapport publié le 18 mai 2020, le Centre for Research on Energy and Clean Air (CREA) montre que la pollution en Chine vient de remonter, quelque temps après le déconfinement et en pleine reprise des activités économiques. Le constat va même au-delà : les niveaux sont plus élevés qu’avant. « Ces 30 derniers jours, les niveaux de polluants dangereux pour la santé en Chine ont excédé les concentrations enregistrées à la même époque l’année dernière, pour la première fois depuis le début de la crise Covid-19 », annonce le CREA. La pollution est donc actuellement plus élevée qu’à la même période en 2019.

Exemple du charbon : la courbe rouge correspond à l’activité du secteur charbon en 2020 (cette activité se transcrit sur les émissions qui en résultent). Elle est inférieure à 2018 mais supérieure à toutes les autres courbes depuis 2014. // Source : CREA / WIND

Une pollution industrielle

Dans la version complète du rapport, le CREA relève qu’une remontée des niveaux d’émissions polluantes était certes évidente, mais pas forcément à des niveaux supérieurs à la période pré-confinement, d’autant plus que cela advient alors même que l’entièreté des secteurs n’ont pas encore pleinement repris. L’organisme qualifie une telle reprise de « sale » et relève que la Chine avait déjà opéré de la même façon lors de son plan de relance après la crise financière de 2008.

«  Des signes avant-coureurs montrent que la reprise de la Chine après la crise du Covid-19 est en train d’annuler les progrès réalisés en matière de qualité de l’air », s’inquiète le CREA. L’organisme indépendant relève principalement une montée en puissance de 4 polluants : les particules PM2,5, le dioxyde d’azote, le dioxyde de soufre, et l’ozone. Tous les quatre représentent des risques pour la santé humaine et pour la planète.

L’industrie lourde essentiellement en cause

Le rebond des émissions provient essentiellement de l’industrie lourde (tandis que l’industrie manufacturière reste faible, par exemple). Ainsi, la fabrication de ciment a augmenté de 4 % par rapport à 2019, même constat et même chiffre pour la fabrication de métaux. La production d’acier est également significativement élevée. Ce regain de pollution qui n’avait pas été atteint depuis 2018 émissions polluantes concerne moins des zones urbaines, pour l’instant, que des zones industrielles où l’on retrouve des centrales électriques et à charbon.

Enfin, si le volume global de transport reste plus faible que l’année précédente, le CREA rappelle que les transports publics vont être délaissés, pendant quelque temps encore, au profit des voitures et deux roues motorisés, en raison des risques de transmission du coronavirus. Ce changement de pratique pourrait se refléter dans la pollution des zones urbaines, indépendamment du problème de la reprise économique.

Crédit photo de la une : Huangdan2060 (Image d'illustration : centrale à charbon en Chine)

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo