Elle est en train de passer au plus près de la Terre, mais la comète C/2020 F8 (SWAN) sera-t-elle bientôt observable depuis nos latitudes ? Il ne faut malheureusement pas s'attendre à des miracles.

La comète C/2020 F8 (SWAN) passe au plus près de la Terre ce 13 mai 2020, à une distance d’environ 85 millions de kilomètres. Identifié au mois d’avril, l’objet céleste a rapidement été jugé prometteur. Il est devenu visible à l’œil nu, pour les observateurs et observatrices expérimentées. À l’heure actuelle, sa magnitude apparente est de 5,5 (plus un objet est brillant, plus sa magnitude est faible).

Pour l’instant, ce sont surtout les observateurs de l’hémisphère sud qui ont pu tenter d’apercevoir cette comète. Pourrait-on espérer la voir bientôt depuis l’hexagone ? « Même si pour nous elle sera théoriquement plus brillante, nous n’aurons pas les mêmes conditions d’observation », indique à Numerama Eric Chariot, président de la Société Astronomique de Bourgogne. En ce moment, la comète se déplace dans la constellation du Verseau.

La comète Swan vue depuis l’hémisphère sud. // Source : Flickr/CC/Bradley Michelbach (photo recadrée)

Quand vaut-il mieux tenter sa chance pour espérer l’apercevoir (à supposer qu’elle reste visible à l’œil nu jusqu’à cette date) ? Sa visibilité devrait être la meilleure le 20 mai prochain. Néanmoins, « elle restera basse sur l’horizon, complète Eric Chariot. L’épaisseur de l’atmosphère près de l’horizon atténuera beaucoup sa luminosité et il faut de plus avoir un horizon très dégagé. » Il y a donc certaines contraintes à prendre en compte pour observer la comète.

« Il ne faut pas s’attendre à des miracles »

A priori, C/2020 F8 (SWAN) ne pourra guère prétendre au titre de « comète du siècle ». « Sa période la plus favorable est du 15 mai au 15 juin mais il ne faut vraiment pas s’attendre à des miracles », insiste notre interlocuteur.

Par ailleurs, il faut garder en tête qu’il est difficile de prédire la brillance future de l’objet. La comète Swan doit passer au plus près du Soleil le 27 mai : elle devrait être, en théorie, au plus fort de sa brillance à ce moment là. Néanmoins, le sort connu par une autre comète prometteuse, C/2019 Y4 ATLAS, incite à la prudence. L’objet, qui promettait d’être visible à l’œil nu en mai, s’est finalement fragmenté.

Partager sur les réseaux sociaux