La prometteuse comète C/2020 F8 (SWAN) vient de franchir un cap important : sa magnitude apparente a atteint la limite des objets célestes visibles à l'œil nu. Elle continue de s'approcher du Soleil.

Il ne fait plus aucun doute que la comète C/2019 Y4 (ATLAS) s’est fragmentée. L’objet ne sera donc pas visible à l’œil nu comme on pouvait l’espérer. Néanmoins, une autre comète est prometteuse : C/2020 F8 (SWAN). Bonne nouvelle : l’objet vient juste de devenir visible à l’œil nu.

La magnitude apparente de l’objet est passée à une valeur de 6,5. Or, on considère que l’objet le plus sombre que l’œil humain puisse voir est d’une magnitude apparente de 6,5. Certes, cette limite de magnitude peut varier en fonction de plusieurs éléments, comme la dilatation de la pupille, l’adaptation de l’œil à l’obscurité, la pollution lumineuse, les nuages, la lumière renvoyée par la Lune et l’expérience de l’observateur (s’il est habitué à regarder des objets célestes ou non).

Autrement dit, tout le monde ne peut pas encore espérer voir cette comète sans instrument. Néanmoins, c’est une étape symbolique que vient de franchir la comète C/2020 F8 (SWAN), en passant de la magnitude 6,7 à 6,5 le 29 avril 2020 — pour rappel, plus un objet est brillant, plus sa magnitude est faible, voire négative.

L’astronome Stephen James O’Meara, réputé pour ses talents d’observations et sa vue perçante (en 1985, il a été le premier à voir le retour de la comète de Halley), a pu photographier la comète le 27 avril. Il l’a aussi observée à travers des jumelles et à l’œil nu. Pour l’instant, l’observation de la comète à l’œil nu semble bien être réservée aux experts du ciel dotés d’une excellente vue.

Difficile de prédire sa brillance future

Il est difficile de prédire si la comète va devenir plus brillante dans les jours à venir, et si le grand public pourra lui aussi profiter du spectacle. Ce que l’on sait, c’est que C/2020 F8 (SWAN) doit passer au plus près de la Terre le 13 mai prochain, et au plus près du Soleil le 27 mai (c’est donc à cette date qu’elle doit être, en théorie, au plus fort de sa brillance). Actuellement, la comète se trouve dans la constellation du Verseau, à une distance de 120 millions de kilomètres de notre planète. La perspective qu’elle se rapproche de nous est prometteuse pour son observation.

Position de la comète, dans la constellation du Verseau. // Source : Capture d’écran The Sky Live, annotation Numerama

Néanmoins, le sort de la comète ATLAS doit inciter à la prudence. Comme elle, il n’est pas exclu que la comète SWAN se fragmente avant d’arriver à son point situé le plus près de notre planète. Il faut donc faire preuve de prudence, car on ignore comment l’objet va réagir en s’approchant du Soleil.

Pour patienter, il est possible de contempler une image de la comète récente (visible au tout début de cet article). Le cliché a été publié sur le site APOD (« Astronomy Picture of the Day ») de la Nasa le 29 avril. Cette image montre que la queue de l’objet (le gaz qu’elle éjecte) est déjà très impressionnante.

Crédit photo de la une : Gerald Rhemann (photo recadrée)

Partager sur les réseaux sociaux