Quels sont les symptômes de Covid-19 ? On fait le point sur l'anosmie, l'hyposmie et la dysgueusie, c'est-à-dire la perte d'odorat et de goût.

Le nouveau coronavirus appartient à la famille bien connue des coronavirus, mais la nouveauté de SARS-CoV-2 pose encore des barrières pour une compréhension complète de sa structure et de son fonctionnement. Ce 23 mars, nous ne sommes qu’à peine trois mois après la découverte de son émergence et de la maladie qu’il provoque, Covid-19. Mais dans un contexte pandémique, la recherche médicale est mobilisée à l’échelle planétaire pour référencer toujours plus d’informations sur SARS-CoV-2. Le but : améliorer la détection et le traitement de Covid-19. En matière de détection, il est nécessaire d’en savoir davantage sur les symptômes.

La maladie Covid-19 a longtemps été associée à une sorte de grippe, voire à une « grippette ». Cette comparaison est toutefois très limitée scientifiquement, puisque que SARS-CoV-2 n’est pas une grippe. Il provoque un syndrome respiratoire, une « pneumonie atypique ». Par ailleurs, la sévérité de Covid-19 et celle de la grippe ne peuvent pas être mises sur le même plan. Toutefois, il y a bien un élément sur lequel les deux maladies peuvent se confondre dans un premier temps : la symptomatologie. Que l’épidémie Covid-19 se soit déclenchée en même temps que l’épidémie saisonnière de grippe a compliqué la tâche des médecins. La maladie causée par le nouveau coronavirus a une autre caractéristique problématique (mais pas si rare en soi) : elle n’affecte pas tout le monde de la même manière.

Le mieux, pour éviter d’attraper le coronavirus, est de se laver les mains très régulièrement, de tenir une distanciation sociale d’un mètre, et de rester chez soi. // Source : Pixabay

Selon l’Organisation mondiale de la santé, il existe trois symptômes que l’on retrouve les plus souvent : fièvre, fatigue, toux sèche. Mais la toux sèche n’est pas systématiquement présente et la fièvre peut s’avérer peu élevée. D’autres symptômes peuvent aussi être provoqués par Covid-19, selon la sévérité et selon le patient : essoufflement, douleurs, maux de gorge et, dans de rares cas, des diarrhées, des nausées ou un écoulement nasal. En bref, le « tableau clinique » n’est pas le même pour tout le monde.

De fait, être atteint par Covid-19 peut se révéler anodin, raison pour laquelle tous les cas ne sont pas détectés (certains passent inaperçus même pour la personne infectée), ni même pris en charge à l’hôpital. Le symptôme clé pour différencier un état sévère d’un état anodin va être une vraie difficulté à respirer — c’est seulement dans le cas d’un inconfort respiratoire au repos qu’il faut appeler le 15.

Depuis quelques jours, les médecins alertent sur des symptômes qui apparaissent encore plus rarement mais, quand ils sont associés aux symptômes de base, sont aussi un signe que l’on est en présence de Covid-19. Ces symptômes sont l’anosmie, l’hyposmie et la dysgueusie. En des termes plus clairs, il s’agit d’une perte soudaine de l’odorat et même du goût.

Qu’implique la perte d’odorat et de goût provoquée par le coronavirus ?

Lors de sa conférence de presse quotidienne, le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, a lui-même pointé du doigt une « recrudescence des cas d’anosmie brutale », précisant que cela advient chez des cas plutôt jeunes ayant une pathologie peu sévère. Le constat de Jérôme Salomon est étayé par un signalement de La Société Française ORL.

Dans un communiqué publié le 20 mars (et relayé par un ORL sur Twitter), l’organisme relève «  la survenue d’anosmie brutales, souvent associées à une agueusie mais sans obstruction nasale, chez des patients suspects ou confirmés Covid-19 ». À noter toutefois que si ces symptômes ont tendance à confirmer une infection par le coronavirus, cela ne marche pas dans l’autre sens. L’absence de ces symptômes n’exclut pas Covid-19. Anosmie et dysgueusie restent, selon Jérôme Salomon, moins présents que d’autres symptômes.

Il y a « des preuves solides venant de la Corée du Sud, de la Chine et de l’Italie » selon ENT UK

En tout cas, le diagnostic des pertes d’odorat et de goût n’ont pas lieu qu’en France, ce qui tend à confirmer leur importance dans la détection des cas d’infection. Samedi 21 mars, la ENT UK, association professionnelle des chirurgies du nez, de la bouche et de la gorge, publiait un rapport indiquant qu’«  il y a des preuves solides venant de la Corée du Sud, de la Chine et de l’Italie qu’un nombre significatif de patients atteints de Covid-19 ont développé de l’anosmie/hyposmie ». L’association professionnelle avance même des chiffres : en Corée du Sud, 30 % des patients positifs présentent ces symptômes ; en Allemagne, cela représente 2 cas sur 3.

ENT UK suggère par ailleurs qu’il serait judicieux de mettre en place une quarantaine de sept jours pour les personnes adultes souffrant exclusivement d’anosmie ou de dysgueusie, au même titre que pour d’autres symptômes. Cela réduirait, selon ENT UK, la rapide propagation de Covid-19.

La prise en compte nouvelle de l’existence de ces symptômes doit-t-elle avoir un impact sur la méthode de traitement ? Pour La Société Française ORL comme pour ENT UK, la réponse est oui. Il vaut mieux éviter de prescrire des lavages de nez et des stéroïdes oraux. «  (…) On ne sait pas si les lavages de nez sont à risque de dissémination virale le long des voies aériennes. Il est donc recommandé de ne pas en prescrire dans ce contexte, ce d’autant que ces anosmies/dysgueusies ne sont pas habituellement accompagnées d’une obstruction nasale invalidante », conseille l’organisme français. Le communiqué apporte toutefois, aussi, une bonne nouvelle, puisque les premières données montreraient une évolution naturelle « favorable » des anosmies aigües provoquées par Covid-19.

Si vous pensez avoir des symptômes associés à Covid-19 tels que ceux que nous avons cités, ou que vous craignez d’avoir été exposé au coronavirus, il est à noter que le gouvernement a mis en place une plateforme numérique, Maladie-Coronavirus, qui permet de réaliser un premier dépistage en ligne. À partir de vos indications sur votre état, le test vous indiquera la potentialité que vous soyez atteint par Covid-19 ou non, et vous indiquera la meilleure démarche à suivre, adaptée à votre situation.

Partager sur les réseaux sociaux