Quel nom portera le rover de la mission Mars 2020 ? La Nasa, qui a fait appel aux élèves américains dans un concours, a sélectionné 155 propositions. Le nom du rover dont on entendra beaucoup parler cette année se trouve dans cette liste.

155 noms ont été sélectionnés mais un seul sera retenu. Le rover Mars 2020, qui doit être lancé cette année par la Nasa pour explorer la planète rouge, n’a pas encore de nom officiel. L’agence spatiale a lancé un concours auprès des écoliers américains pour qu’ils nomment l’astromobile. Les propositions des demi-finalistes ont été présentées le 13 janvier 2020.

La liste complète des noms sélectionnés est accessible ici. Les élèves devaient proposer un nom ainsi qu’un texte court pour justifier leur choix. L’astromobile doit rechercher des signes de vie microbienne, passée ou présente, sur Mars. Sa mission doit permettre de collecter des échantillons censés ensuite revenir sur Terre. Les candidats ont pu s’inspirer de ce programme pour trouver le nom officiel du rover.

Un rover miniature. // Source : Flickr/CC/Nasa Jet Propulsion Laboratory (photo recadrée)

Humanity, Dusty, Cueilllir… : nos 10 préférés

Voici quelques uns des noms qui ont été proposés pour Mars 2020, avec leur justification.

  • « Humanity » (humanité) : pour l’élève qui l’a proposé, ce nom est « un message d’amour humain et d’amitié envers Mars. [..] Humanity symbolisera toute la fascination des humains pour Mars. »
  • « Dusty » (poussiéreux) a été proposé pour une raison évidente : « parce que Mars est incroyablement poussiéreuse ».
  • « Little Tinker » (que l’on pourrait traduire par petit bricoleur) a été proposé par un élève pour deux raisons. D’abord, parce que « le rover va bricoler des échantillons sur Mars », mais aussi parce que ce nom fait référence à la pilote de voltige aérienne Betty Skelton, qui volait régulièrement avec son chien baptisé Little Tinker.
  • « F.I.D.O. » pour « Fearless Information Data Officer » (responsable intrépide des données d’informations), car « c’est un nom de chien répandu et les chiens trouvent et découvrent », justifie l’élève.
  • « Zoi » parce que ce mot signifie « vie » en grec. L’élève justifie cette proposition en rappelant que « les Grecs ont été les premiers à vraiment étudier l’astronomie ».
  • « Outlook » a aussi été proposé, car le mot signifie « perspective ». « Je crois que ce rover élargira nos connaissances, tout comme une perspective peut être élargie et étendue », écrit l’élève qui a proposé ce nom.
  • « Cueillir » en français (« gather » en anglais, qui signifie aussi rassembler), car le rover va « recueillir des informations dans le but de comprendre des choses compliquées ».
  • « Dreamer « (rêveur) a été proposé, car « le rover Mars 2020 aide la Nasa à réaliser tous ses espoirs et ses rêves ».
  • « Starlight » (lumière stellaire) fait partie des propositions : « la lumière des étoiles a toujours dit aux humains vers où ils devaient aller », explique l’élève qui a choisi ce nom.
  • « Audacity » (audace) a été proposé pour représenter le défi de la mission. « L’homme regarde vers Mars, qui lui dit sans doute, ‘Vous pensez que vous aurez l’audace de me rencontrer ?’ Et l’homme est prêt et répond ‘Oui, nous avons l’audace. Nous l’avons toujours eue.’ », écrit l’élève dans sa description.

La sélection sera réduite à 9 noms

Plus de 28 000 noms ont été soumis dans le cadre de ce concours. La Nasa a fait appel à 4 700 juges, regroupant des spécialistes de l’éducation et des passionnés d’espace. Lors de la prochaine étape, seuls 9 noms seront retenus. La Nasa indique que le public pourra voter en ligne pour choisir son nom favori à la fin du mois de janvier, sans préciser si le vote sera possible pour les internautes ne vivant pas aux États-Unis.

Le gagnant du concours sera annoncé en mars 2020. Le candidat dont le nom sera finalement sélectionné par la Nasa sera invité à assister au lancement de la mission, prévu pour juillet 2020 à la Base de lancement de Cap Canaveral (Floride).

Article publié initialement le 14 janvier 2020

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo