Un record de chaleur a été établi à Anchorage, la plus grande ville d'Alaska. D'autres villes sont touchées par ces fortes chaleurs anormales.

Dans la ville d’Anchorage, en Alaska, un nouveau record de chaleur a été enregistré jeudi 4 juillet. Le thermomètre a dépassé la barre des 30 degrés, ce qui est exceptionnel dans cette région du monde.

32 degrés celsius en Alaska

Anchorage est la plus grande ville de l’État américain. Jeudi, ses habitants ont célébré la fête nationale sous des températures importantes. Elles ont atteint les 90 degrés fahrenheit, soit environ 32 degrés celsius.

Cette température n’est pas habituelle en Alaska : il s’agit d’un nouveau record pour la ville d’Anchorage. Il est d’autant plus impressionnant qu’il surpasse de plusieurs degrés le record précédent. Celui-ci avait été établi en juin 1969, rappelle Gizmodo. Il était de 85 degrés fahrenheit soit 29,4 degrés celsius.

La température moyenne enregistrée les autres années le jour de la fête nationale n’est elle que de 18 degrés celsius, d’après le NWS, un organisme de météorologie local qui analyse les températures depuis 1954.

D’autres pics de chaleur attendus

Il s’agit d’un record pour Anchorage bien que des températures oscillant entre 31 et 37 degrés aient déjà été enregistrées à deux reprises dans l’État, en 1915 puis en 2013. Le 4 juillet 2019, d’autres villes ont dépassé leurs propres records. Ce fut le cas de Kenai et King Salmon, qui ont atteint les 89 degrés fahrenheit (31,6 degrés celsius). Le NWS prévoit aussi d’autres pics de chaleur à venir dans les prochains jours.

La jeunesse dans la rue pour protéger le climat à Paris. Image d’illustration ; // Source : Léa Hamadi pour Numerama

La chaleur serait liée à une vaste zone de haute pression située au dessus d’Anchorage. Elle a pour effet d’attirer l’air chaud du sud et d’empêcher l’air frais de l’océan de circuler comme à son habitude.

La mois de juin a lui aussi été très chaud pour la région, avec des températures d’en moyenne 60,5 degrés fahrenheit (15,8 degrés celsius), soit 5,3 degrés de plus que la moyenne en juin. Il s’agissait du 5e mois consécutif où les températures dépassaient la normale, rapporte CNN. Juin a aussi été très sec, avec 6 % de précipitations de mois que la moyenne.

L’Alaska est particulièrement sujet au changement climatique, du fait de sa proximité avec un pôle. Les pôles en effet se réchauffent plus vite que la planète, comme on vous l’expliquait dans un article dédié. On appelle cela l’amplification polaire. Selon l’ONU, il est urgent de limiter le changement climatique et seulement un demi-degré pourrait avoir d’immenses conséquences sur la survie de l’humanité.

Crédit photo de la une : Wikipedia

Partager sur les réseaux sociaux