Les données envoyées par la sonde New Horizons continuent de dresser le portrait d'Ultima Thulé. La géologie du plus lointain objet exploré par l'humanité révèle une composition étonnante. Elle est comparée au monstre de Frankenstein.

Les scientifiques de la Nasa continuent de reconstituer le mystérieux puzzle qu’est Ultima Thulé. Le plus lointain objet exploré par l’humanité, que la sonde New Horizons a frôlé au début de l’année, semble être née d’un assemblage qui fait penser au monstre de Frankenstein.

Le 18 mars 2019, l’équipe de la sonde New Horizons a présenté ses dernières découvertes lors d’une conférence de presse. Les données de plus en plus précises transmises par la sonde sur Ultima Thulé, officiellement nommé 2014 MU69, permettent d’en apprendre davantage sur « le développement, la composition et la géologie de cette relique de la formation du système solaire », écrit la Nasa. Ultima Thulé se trouve dans la ceinture de Kuiper, étendue au delà de l’orbite de Neptune.

Les images de cette conférence permettent de découvrir qu’Ultima Thulé présente une géologie complexe et semble presque découpé en morceaux, à la manière d’une créature que l’on aurait façonnée en collant différents éléments ensemble.

Ultima Thulé. // Source : NASA/Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Southwest Research Institute/ESA

Le monstre légendaire

Depuis ce survol, la sonde dresse un portrait de plus en plus précis de l’objet. À l’origine, sa forme a fait penser à un bonhomme de neige mesurant 30 kilomètres de long. D’étranges cratères ont ensuite été découverts sur l’objet — entre 30 et 40 différents. Si la forme d’Ultima Thulé passionne autant la communauté scientifique, c’est parce qu’elle est essentielle pour dresser des théories sur sa formation, qui a eu lieu à l’époque où notre système solaire était encore jeune.

La Nasa pense que l’astre « binaire » s’est formé par le rapprochement des deux sphères qui le composent, Thulé et Ultima. Ce dernier est le plus gros des deux lobes composant l’objet. Lui-même serait le résultat d’un rapprochement de plusieurs petits objets.

Ultima se serait formé à partir de petits objets

« D’une certaine manière, Ultima a une géologie assez simplifiée, un peu comme [le monstre] de Frankenstein », a fait observer Jeff Moore, un chercheur du Nasa Ames Research Center qui travaille sur New Horizons. Grâce aux images colorées d’Ultima Thulé, cette structure est apparue bien plus clairement aux scientifiques.

La sonde New Horizons est désormais à 6,6 milliards de kilomètres de la Terre et continue son exploration de la ceinture de Kuiper. Les données récoltées lors du survol d’Ultima Thulé devraient être transmises pendant encore plusieurs mois.

Partager sur les réseaux sociaux