La Nasa prévoit de remettre le télescope spatial Hubble en service ce 8 décembre. L’observatoire a connu quelques problèmes ces derniers jours au niveau d’un de ses gyroscopes.

Après quelques jours de convalescence, Hubble va de nouveau être sur pied. C’est en effet ce vendredi 8 décembre que l’agence spatiale américaine prévoit de remettre en service son célèbre observatoire. Celui-ci avait connu une brève pause dans son fonctionnement, en raison d’un problème de gyroscope. L’un des trois qu’il embarque avait déraillé fin novembre.

Les gyroscopes sont cruciaux pour le télescope spatial, car ils servent à lui indiquer dans quelle direction il est orienté. Ils lui permettent aussi de mesurer sa vitesse de rotation. On les retrouve couramment dans les smartphones. Comme type d’usage, ils permettent de se repérer plus facilement sur une carte : tourner le téléphone aide à savoir quel chemin prendre.

Trois gyroscopes encore en état de marche. Pour l’instant

Actuellement, trois gyroscopes sont encore en fonctionnement sur Hubble. Lors de la dernière mission d’entretien, effectuée en 2009 par les Américains, le télescope en avait reçu six. Depuis lors, trois ont fini par être hors service. Et aujourd’hui, c’est un quatrième qui a commencé à montrer des signes de « fluctuation ». La Nasa a parlé « d’indications erronées ».

Ce dysfonctionnement a été détecté dès le 19 novembre, entraînant une bascule automatique de l’observatoire en mode de sécurité. Quand ce scénario survient, les observations scientifiques cessent pour donner la priorité à la remise en état du ou des appareils en difficulté. Le 20 novembre, Hubble a repris ses activités, avant de s’interrompre de nouveau le 21. Rebelote le 23.

Hubble dans l'espace. // Source : Flickr/CC/Nasa Hubble Space Telescope
Hubble dans l’espace. // Source : Flickr/CC/Nasa Hubble Space Telescope

Cette instabilité a conduit l’équipe technique à prolonger davantage la pause, afin de mener une série de tests et une analyse des données, afin de mieux saisir les soucis du gyroscope. En conséquence, la décision a été prise de « faire fonctionner les gyroscopes dans un mode de plus grande précision pendant les observations scientifiques. »

La bonne nouvelle, c’est que l’observatoire pourrait techniquement continuer ses activités même avec un unique gyroscope encore en état de marche. Ce serait un scénario relativement dégradé, mais soutenable. C’est sans doute un scénario qui surviendra tôt ou tard : après tout, Hubble est une vieille machine, de plus de 33 ans. Progressivement, ses entrailles déraillent.


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.