Le système immunitaire pourrait être à l'origine du syndrome de fatigue chronique chez certaines personnes. Des chercheurs ont noté qu'il pourrait être lié à cette sensation d'épuisement persistant.

Vous êtes épuisés même après une bonne nuit de repos ? Cela pourrait être la faute de votre système immunitaire, avancent des chercheurs dans un article publié le 17 décembre 2018 au sein de la revue Psychoneuroendocrinology.

Ces scientifiques britanniques se sont intéressés au syndrome de fatigue chronique (SFC) : les personnes qui en sont atteintes ressentent un épuisement sans raison apparente — qui n’a rien à voir avec la procrastination –, même lorsqu’elles s’octroient du repos. Cette étude nous apprend que le SFC pourrait être lié à la manière dont notre système immunitaire réagit lorsqu’il fait face à une infection virale.

Une personne endormie. // Source : Pixabay/CC0 (photo recadrée)

D’où vient cet épuisement ?

Les chercheurs assurent que « les mécanismes immunitaires anormaux sont importants dans le SFC, mais seulement au début de l’évolution de la maladie. » Une fois que le syndrome de fatigue chronique est installé, le système immunitaire ne semble plus jouer le même rôle dans l’épuisement constant que ressentent les personnes concernées.

Pour étudier comment le système immunitaire peut déclencher ce syndrome, les chercheurs ne pouvaient pas étudier une population souffrant déjà du SFC. Ils ne pouvaient pas non plus prédire qui serait infecté par un virus. Comment ont-ils procédé ?

Le système immunitaire aurait un lien avec la fatigue persistante. Pxhere/CC0 Domaine public (photo recadrée)

Un résultat à confirmer

Ils ont proposé un « modèle indirect  » : une expérience avec 55 personnes atteintes d’une infection par le virus de l’hépatite C. Elles ont reçu des injections d’interférons alpha (des protéines produites par le système immunitaire humain) pour être soignées.

Ce traitement a eu des conséquences sur certaines de ces personnes. Il a provoqué « une fatigue persistante, qui ne s’atténue pas après le traitement », autrement dit alors que le système immunitaire n’est plus sollicité.

Une fatigue persistante qui ne s’atténue pas

Même si la plupart des personnes ont été soignées de l’hépatite C, elles ont aussi été plusieurs à ressentir une fatigue de plus en plus grande avec le traitement. Comme le souligne The Guardian, 18 personnes se sentaient encore plus fatiguées qu’avait l’expérience, 6 mois après la fin du traitement.

D’autres travaux sont nécessaires pour confirmer les liens entre l’épuisement et le système immunitaire, reconnaissent les chercheurs. L’étude ne dit pas non plus comment il serait possible d’agir sur la réponse du système immunitaire pour empêcher le syndrome de fatigue chronique de se manifester.

Partager sur les réseaux sociaux