Pratiquement deux mois se sont écoulés depuis l'échec de la mission Soyouz MS-10. Aujourd'hui, les vols habités vers l'ISS reprennent, avec un décollage planifié à 12h41.

Les rotations d’équipage vers la Station spatiale internationale (ISS) vont reprendre. Ce lundi 3 décembre à 12h31, heure française, une fusée Soyouz prendra son envol depuis le cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan, avec trois personnes à bord. Le commandant russe, Oleg Kononenko, sera accompagné de deux ingénieurs de vol : l’Américaine Anne McClain et le Canadien David Saint-Jacques.

Cette mission, MS-11, est la première depuis l’incident de MS-10, survenu il y a un peu moins de deux mois. À la mi-octobre, le lanceur qui devait transporter deux personnes à bord de l’ISS n’a pas pu atteindre une vitesse suffisante pour s’élever à la bonne altitude, obligeant l’engin à revenir précipitamment sur Terre. Un incident certain, mais contrôlé : personne n’a été tué ou blessé.

Anne McClain; Oleg Kononenko et David Saint-Jacques
Anne McClain, Oleg Kononenko et David Saint-Jacques. // Source : ISS

Début novembre, les conclusions d’une commission d’enquête russe ont expliqué la défaillance de la mission Soyouz MS-10 par la découverte d’un défaut sur un capteur au moment de l’assemblage. Celui-ci aurait été déformé et, de fil en aiguille, a impacté le bon largage d’un des quatre boosters, qui devait se faire une fois réalisée la purge du réservoir d’oxygène.

Bien que les missions Soyouz sont effectivement réputées pour leur fiabilité, qui a pu être démontrée au cours des dernières décennies, et sur laquelle la NASA se repose en toute confiance pour transporter ses équipes dans l’espace, l’incident d’octobre a exposé au grand jour l’insuffisance des moyens d’accès à l’espace : si Soyouz défaille, il n’y a plus rien pour transporter des personnes sur l’ISS.

Il est toutefois à noter que des alternatives privées sont en train d’être conçues pour avoir des solutions de rechange à Soyouz si jamais le lanceur a un souci quelconque : deux entreprises, SpaceX et Boeing sont sur le coup. Ce n’est pas demain la veille qu’ils pourront opérer ce type de mission, mais SpaceX prévoit début 2019 de faire un vol d’essai sans équipage de manière à faire la démonstration de sa technologie.

À l’heure actuelle, trois personnes se trouvent à bord de l’ISS : il y a le Russe Sergueï Prokopyev, l’Américaine Serena M. Auñón-Chancellor et l’Allemand Alexander Gerst. Ils ne croiseront leurs trois collègues que quelques jours : en effet, ils doivent redescendre sur Terre le 20 décembre, avec le vaisseau Soyouz MS-09, qui est amarré à la Station spatiale internationale.

Partager sur les réseaux sociaux