Mettre des éoliennes et panneaux solaires dans le désert pourrait permettre de fournir de l’électricité pour le monde entier. Mais ce n’est pas sans risque.

Huit chercheuses et chercheurs travaillant dans des universités américaines, chinoises et italiennes, se sont penchés sur la question de la production d’énergie renouvelable à grande échelle. Le résultat de leur étude, publiée le 7 septembre dans la revue spécialisée Science est mitigé.

Ils ont dans un premier temps remarqué qu’installer trois millions d’éoliennes et des panneaux solaires sur une surface représentant au total 20 % du désert du Sahara (soit environ 9 millions de kilomètres carrés) suffirait à fournir suffisamment d’électricité pour le monde entier. Puis, ils se sont intéressés aux conséquences que cela pourrait avoir sur l’environnement. Et elles ne sont pas toutes positives.

panneaux solaires
Une ferme de panneaux solaires. // Source : Facebook

En effet, selon leurs calculs théoriques, ces équipements réchaufferaient à terme la température du sol : les éoliennes parce qu’elles dirigent l’air chaud vers le bas, les panneaux solaires parce qu’ils sont plus sombres que le sable et empêchent du coup une partie de l’énergie solaire d’être réfléchie vers le ciel. Au lieu de cela, cette énergie réchauffe elle aussi le sol.

Des niveaux de précipitations multipliés par deux

Les éoliennes auraient également une influence sur les flux d’air, et donc sur les niveaux de précipitations. Les chercheurs estiment que ces dernières pourraient plus que doubler, passant de 0,24 millimètres par jour à 0,59. Ces phénomènes peuvent avoir un aspect positif. Les chercheuses et chercheures expliquent ainsi que les pluies permettraient à la végétation de se développer davantage, et que des animaux pourraient en profiter pour se nourrir.

Un impact « majeur »

Le désert resterait sec en majorité, mais certaines parties, comme la région semi-aride du Sahel, pourraient être plus touchées. L’impact serait « majeur », et se ressentirait au niveaux «  écologique, environnemental et sociétal », selon les universitaires.

Comme l’explique le magazine Sciences et Avenir, l’étude prend l’exemple de structures très puissantes, capables de fournir largement plus d’énergie que ce que la plus importante centrale solaire au monde fournit actuellement. Il faudrait pouvoir multiplier la production d’énergie par plusieurs milliers pour obtenir une telle puissance. Or, les chercheurs expliquent que les effets générés par de plus petits parcs d’éoliennes ou panneaux solaires ne sont pour le moment « pas clairs ».

Partager sur les réseaux sociaux