Les sauts de joie des supporters mexicains, lors du match de football opposant leur pays à l'Allemagne, ne sont pas à l'origine d'un séisme. Pourtant, des capteurs situés à Mexico ont bien enregistré deux ondes le 17 juin, au moment du but décisif.

« Le Mexique secoué de bonheur après la victoire face à l’Allemagne », a titré l’AFP ce 18 juin 2018 dans son résumé de la rencontre sportive de la veille. Les Mexicains ont remporté leur match contre les Allemands avec un score de 1-0, dans le cadre du Mondial 2018 en Russie. Or, le but marqué à la trente-cinquième minute du match par Hirving Lozano, qui a déclenché la joie des supporters, aurait secoué davantage.

Simultanément à ce but qui a permis au Mexique d’emporter la victoire, le Simmsa, l’organisme mexicain en charge de la surveillance de l’activité sismique, a enregistré un signal. Les sauts de joie des supporters mexicains ont-ils été à l’origine d’un « mini-séisme à Mexico » ?

Les capteurs ont détecté un signal

Le 17 juin, Reuters écrivait ainsi que « la joie des supporters du Mexique dans cette Coupe du monde a été si importante que la terre a légèrement tremblé dimanche à Mexico. » Or, cette formulation laisse entendre que les sauts simultanés des supporters ont été si importants qu’ils ont déclenché un tremblement de terre. L’agence de presse prend cependant soin de préciser ensuite qu’il « s’agit juste d’une activité sismique détectée par des capteurs. »

Une analyse confirmée par Mickaël Langlais, ingénieur de recherche et membre du laboratoire ISTerre (Institut des Sciences de la Terre) rattaché à l’Université de Grenoble Alpes, contacté par Numerama. « À supposer qu’un tel signal soit déclenché par les supporters, il n’aurait pas l’allure d’un tremblement de terre », nous explique-t-il. En consultant les données enregistrées par le United States Geological Survey (ou USGS), Mickaël Langlais fait observer qu’aucun séisme n’a été reporté dans les dernières vingt-quatre heures sur le territoire mexicain.

Une onde affichée sur un capteur qui sert à détecter les séismes

Cependant, une station située à Mexico a bien enregistré deux signaux au moment du but. « C’est un phénomène explicable, poursuit l’ingénieur. Même une personne seule, qui fait un saut à côté d’une station, va générer une onde sismique sur la station. Lorsque des gens sautent près d’un capteur sismique, la vibration au sol génère une onde sur ce capteur, qui sert lui-même à détecter les séismes. »

Si l’onde enregistrée par le capteur sismique est bien réelle, elle n’est donc pas le reflet d’un véritable tremblement de terre. À ce titre, les secousses enregistrées ne sont donc pas symptomatiques d’un séisme, mais d’un tremblement de terre « artificiel » : à deux reprises, les mouvements des supporters se sont traduis par une onde sur les capteurs. Même si la science est moins glamour, l’exploit mexicain aura fait vibrer la planète football.

Partager sur les réseaux sociaux