La situation demeure très critique pour Peregrine Mission One. Depuis qu’elle a quitté la Terre le 8 janvier, des difficultés sont apparues au niveau de la propulsion, avec une perte de propergol. Rallier la Lune semble de plus en plus compromis.

Une défaillance du système de propulsion, qui est à l’origine d’une perte critique de propergol. Voilà la conclusion à laquelle est parvenue l’entreprise américaine Astrobotic Technology, partagée sur les réseaux sociaux depuis le 8 janvier 2024. De fait, sa mission spatiale se trouve aujourd’hui en grande difficulté et pourrait bien ne pas réussir à atteindre ses objectifs.

Le problème rencontré par Astrobotic Technology avec sa mission Peregrine Mission One a été décelé peu de temps après son départ de la Terre. Cette défaillance avait entraîné un autre problème pour la sonde, en route vers la Lune : une mauvaise position des panneaux solaires vers le Soleil, ce qui a empêché de bien recharger les batteries de l’engin.

Source : Capture d'écran
Ce qui était prévu. // Source : Capture d’écran

Juste avant une interruption prévue des communications, l’équipe avait forcé une « manœuvre improvisée » pour bien positionner les panneaux. La situation était alors déjà critique. « La batterie du vaisseau spatial atteint un niveau opérationnel très bas », avait indiqué Astrobotic. Il s’avère que cela a payé, selon un point d’étape partagé le 8 janvier en fin de journée.

Les communications ont pu être rétablies avec le bref black-out, et l’équipe a pu voir que les panneaux ont bien été orientés, permettant de recharger les batteries. Pour autant, Peregrine Mission One — qui a quitté la Terre dans la matinée du 8 janvier, depuis la base de lancement de Cap Canaveral, en Floride — n’est pas encore tirée d’affaire.

Rejoindre la Lune est désormais incertain

Au contraire. Les données reçues et analysées montrent que cette défaillance est liée à une fuite. L’équipe essaie depuis de limiter et cette perte et, si possible, de la bloquer. Mais, selon une autre mise à jour, partagée dans la soirée du 8 janvier, la perspective de rejoindre la Lune et d’y déposer un atterrisseur est de plus en plus compromise.

L’équipe a dans l’idée « d’amener Peregrine aussi près que possible de la Lune avant qu’il ne perde la capacité de maintenir sa position de pointage vers le Soleil et qu’il ne perde ensuite de l’énergie ». Selon Astrobotic, le vaisseau pourrait rester dans un état stable de pointage vers le Soleil pendant environ 40 heures de plus, sur la base de la consommation actuelle de carburant.

Cela, si les propulseurs ne déraillent pas d’ici là. En effet, les propulseurs du système de contrôle d’attitude (ACS) du vaisseau spatial fonctionnent bien au-delà de leur durée de vie prévue pour éviter à l’atterrisseur une culbute incontrôlable, a fait observer Astrobotic. D’où la menace d’un désalignement des panneaux avec le Soleil, ce qui viderait à nouveau la batterie.

Lune
La sonde risque de ne pas achever sa mission sur la Lune. // Source : NASA/Bill Ingalls

« Compte tenu de la situation, nous avons donné la priorité à l’optimisation de la science [la sonde embarque des instruments scientifiques, NDLR] et des données que nous pouvons recueillir. Nous évaluons actuellement les profils de mission alternatifs qui pourraient être réalisables à ce moment-là », a fait savoir Astrobotic.

L’entreprise américaine a choisi, pour l’heure, de profiter du fait que la batterie du vaisseau spatial soit complétement chargée pour utiliser la puissance existante de l’engin afin « d’effectuer autant d’opérations que possible » avec ce qui marche — le vaisseau et la charge utile. Pour la suite, il faudra patienter jusqu’aux autres points de situation de l’entreprise.

Astrobotic peut néanmoins compter sur le support de la Nasa, et de son soutien amical. « Le vol spatial est une aventure audacieuse, et Astrobotic fait des progrès pour les projets de Commercial Lunar Payload Services et Artemis », a souligné Bill Nelson, le patron de la Nasa. « Chaque mission est une occasion d’apprendre », a renchéri l’agence. Un apprentissage à la dure pour Astrobotic.


Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !