La température ressentie tient compte de conditions atmosphériques qui peuvent rendre le froid ou le chaud plus pénibles. Il ne faut pas la confondre avec la température réelle.

Les Français n’ont d’autre choix que de supporter une canicule extrême depuis le 17 août 2023. Selon Météo-France, le pays se dirige vers l’épisode le plus chaud de l’été, avec une intensification de cette canicule tardive prévue entre mardi 22 et mercredi 23 août. Les 40° C pourraient être atteints localement. Quelques conseils concrets peuvent aider à supporter cette chaleur. Il est notamment compliqué de trouver le sommeil lorsqu’il fait aussi chaud.

Alors que cette canicule sévit en France, les notions de température réelle et température ressentie refont leur apparition, sans que l’on comprenne toujours très bien ce qu’elles signifient. Voici comment ne plus les confondre.

Qu’est-ce que la température ressentie ?

La température ressentie est un indice. On parle aussi d’ « indice de refroidissement éolien ». La température ressentie tient compte de la température de l’air et de la vitesse du vent, car « la perception physiologique de la température varie d’un individu à l’autre et selon les conditions atmosphériques (vent, pluie, ensoleillement) », rappelle Météo-France.

La notion de température ressentie est principalement utilisée en hiver, lorsqu’il fait froid. Mais, elle devient aussi de plus en plus utile en été, avec la fréquence des épisodes de forte chaleur qui augmente du fait du dérèglement climatique.

L’humidité influence la température ressentie. Quand le corps a trop chaud, il transpire pour se rafraîchir. Mais, dans des conditions très humides, la transpiration s’évapore moins facilement et le corps peine à évaporer la transpiration (et donc à se rafraichir). Un coup de chaud peut survenir dans les cas les plus graves.

Qu’est-ce que le refroidissement éolien ?

Le refroidissement éolien désigne une sensation de refroidissement, provoquée à la fois par la température et le vent.

Quand il n’y a pas de vent, une mince couche d’air chauffé par le corps se forme au contact de la peau. Elle est humidifiée par l’évaporation de l’eau présente en surface de l’organisme. « Lorsqu’il y a du vent, cette pellicule isolante est continuellement balayée », explique Météo-France. La peau se retrouve alors au contact d’un air plus sec et froid, qu’elle va réchauffer pour recréer l’équilibre initial (ce qui refroidit l’organisme).

Ce concept est notamment très utilisé au Canada, où il permet à la population de mieux anticiper les effets du froid sur le corps. Le Canada a aussi développé une autre mesure de chaleur, l’humidex, pour décrire « l’intensité de chaleur ressentie par les gens ».

Aux États-Unis, on utilise l’indice de chaleur (heat index), qui correspond à ce que nous appelons température apparente en France. L’indice de chaleur n’a pas de valeur internationale, il est différent selon les zones géographiques.

Quelle différence entre température réelle et ressentie ?

La température réelle est la température de l’air (ou température sous abri). On la mesure avec un thermomètre ou une sonde installée à 1,5 m du sol dans un abri ouvert.

Cette température ne peut pas rendre compte de la perception physiologique de la température, car elle ne prend pas en compte d’autres facteurs : le vent, la pluie, l’ensoleillement. On a donc besoin de la température ressentie pour exprimer une sensation de froid ou de chaud plus vive en fonction de ces autres facteurs.

La température ressentie ne signifie pas qu’il fait plus chaud que les prévisions météorologiques affichées sur une carte. Elle permet de prendre en compte la sensation de chaud ou de froid, qui peuvent susciter encore plus d’inconfort pour l’organisme.

Comment se calcule la température ressentie ?

Le calcul de la température ressentie ou de l’indice de refroidissement éolien est réalisé à l’aide d’une « relation mathématique empirique, qui tient compte de la température de l’air et de la vitesse du vent », indique Météo-France. Il n’y a pas d’unité à cet indice.

Le Monde met à disposition un convertisseur pour calculer la température ressentie. Le service météorologique des États-Unis propose aussi un calculateur de l’indice de chaleur (complètement en anglais).

On peut aussi utiliser des tables de températures, comme celle-ci :

La température ressentie, ou indice de refroidissement éolien. // Source : Météo-France
La température ressentie, ou indice de refroidissement éolien. // Source : Météo-France

Prenons un exemple. « Par une température de l’air de -10° C et un vent de 30 km/h, il sera par exemple de -20. Cela signifie que la sensation sur la peau sera voisine de celle éprouvée sous une température de -20° C par une journée sans vent », selon Météo-France.


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.