Il n’y a pas d’heure lunaire universelle. Pour l’instant, cela n’empêche pas d’explorer la Lune. Avec la multiplication des missions sur l’astre prochainement, cela pourrait poser un problème.

Quelle heure est-il sur la Lune ? Parmi les agences spatiales et les scientifiques, personne ne s’est encore mis d’accord et cela va commencer à être embêtant. En 2023, l’humanité va encore viser la Lune. Ce sera plus largement le cas dans la prochaine décennie, avec des dizaines de missions envisagées et même des projets de missions habitées lunaires.

Sans heure lunaire officielle, comment fait-on actuellement ?

Pour l’instant, la Lune n’a pas sa propre heure, comme le précise Nature le 24 janvier 2023. Alors, comment fait-on lors des missions lunaires ? Chacune de ces missions a sa propre échelle de temps. Sur Terre, les équipes qui contrôlent ces missions peuvent, par exemple, utiliser comme repère l’heure légale de leur pays. Généralement, on parle en temps universel coordonné (UTC), c’est-à-dire l’échelle de temps légale internationale. D’ailleurs, à bord de l’ISS, c’est l’UTC qui est aussi l’échelle de temps utilisée.

Les astronautes lunaires auront besoin de connaître l'heure. // Source : Canva
Les astronautes lunaires auront besoin de connaître l’heure. // Source : Canva

Néanmoins, cela n’est pas parfait, souligne la revue Nature dans sa publication : « cette méthode est relativement imprécise et les engins spatiaux qui explorent la Lune ne synchronisent pas l’heure entre eux. » Tant qu’il n’y a que quelques missions indépendantes les unes des autres sur la Lune, la méthode de l’UTC fonctionne.

Il en sera autrement lorsque l’on souhaitera coordonner plusieurs engins, qui devront collaborer. Les activités sont généralement suivies par les agences spatiales à l’aide de satellites, qui ont besoin d’horaires très précis. Une réflexion sur le sujet de l’heure lunaire a été entamée. En novembre 2022, une réunion de l’ESA s’est tenue aux Pays-Bas, pour commencer à émettre des recommandations sur la manière de définir l’heure lunaire.

Une fois que l’on aura une heure commune sur la Lune, tout ne sera pas réglé

Même lorsque les pays explorateurs de la Lune s’accorderont sur une heure lunaire universelle, il faudra encore résoudre d’autres questions. On sait qu’à cause de la gravité lunaire, qui est plus faible que celle de la Terre, une horloge lunaire tournerait plus vite qu’une horloge terrestre (vue par un observateur sur notre planète). Sur 24 heures, l’horloge lunaire gagnerait 56 microsecondes. Il faut ajouter à cela le fait que la vitesse de l’horloge lunaire ne sera pas exactement la même selon le lieu où on l’installe sur l’astre. La définition de l’heure lunaire s’annonce aussi passionnante que complexe pour les spécialistes de la relativité.

Par ailleurs, sur Terre, l’UTC est certes une échelle officielle. Cependant, on utilise en général une échelle de temps décalée en fonction du fuseau horaire (en ce moment, en France, l’UTC+1). Si des astronautes finissent par vivre sur la Lune de manière durable, cela pourrait avoir un intérêt de faire de même : adapter l’horaire à l’endroit où les astronautes s’établissent à la surface de la Lune.


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.