SpaceX et la Nasa maintiennent leur calendrier de vol vers et depuis l’ISS, malgré les déboires de la capsule Soyouz MS-22. Du côté russe en revanche, le calendrier est chamboulé.

Faire comme si de rien n’était. Ni SpaceX ni l’agence spatiale américaine ont l’intention de déprogrammer leur prochain vol habité vers la Station spatiale internationale (ISS). Les deux partenaires visent toujours un départ de la mission Crew-6 à la fin du mois de février 2023. Le 25 janvier, des points presse auront lieu pour évoquer plus généralement le vol à venir.

Les deux partenaires n’ignorent évidemment pas que, côté russe, les toutes dernières semaines ont été chamboulées avec les déboires de la capsule Soyouz MS-22. Heurtée depuis l’extérieur, vraisemblablement par un débris ou une micro-météorite, elle est jugée inutilisable pour convoyer un équipage. De fait, le planning russe des vols habités est perturbé.

À la mi-janvier, la Nasa et son homologue russe, Roscosmos, ont fait le point sur la situation. Il a été décidé de ne plus s’en servir pour rapatrier les trois passagers prévus initialement (les Russes Sergueï Prokopiev et Dimitri Peteline et l’Américain Frank Rubio). Cette capsule sera prochainement séparée de l’ISS et rentrera sur Terre, sans personne à bord, mais peut-être avec du fret.

Crew-6 SpaceX
L’équipage de Crew-6. // Source : SpaceX

Planning inchangé pour SpaceX et la Nasa

La Station spatiale internationale dispose de suffisamment de points d’entrée pour accueillir jusqu’à six capsules ou cargos simultanément. Lors de la détection du souci touchant Soyouz MS-22, cinq autres vaisseaux étaient amarrés : la capsule Crew-5, le cargo CRS-26, ainsi que les vaisseaux Cygnus-18, Progress 81 et Progress 82.

Le décollage de la mission Crew-6 est prévu pour le 26 février. Il s’agira du sixième vol habité organisé par SpaceX vers l’ISS, dans le cadre de ses missions pour le compte de la Nasa. Les quatre astronautes (deux Américains, un Émirati et un Russe) séjourneront pendant six mois à près de 400 km d’altitude. Le vol partira de Floride.

Côté russe, la mission MS-23 était initialement planifiée pour le mois de mars, avec trois personnes à bord (deux Russes et un Américain). Mais, compte tenu des soucis avec Soyouz MS-22, celle-ci partira beaucoup plus tôt, dès le 20 février. Elle partira à vide, afin de servir de véhicule de transport pour ramener les passagers qui auraient dû rentrer avec MS-22.

Concernant le planning des Américains, Crew-6 doit donc arriver à la fin du mois de février. L’équipage Crew-5, lui, sera sur le départ, avec un retour sur Terre prévu pour le mois de mars. À ce trafic, il faut aussi tenir compte de la circulation des cargos de ravitaillement, mais également d’autres missions ponctuelles… comme le test de la mission habitée avec Starliner.


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.