La Nasa vise le 14 novembre 2022 pour lancer la mission Artémis I vers la Lune. Mais, une tempête subtropicale s’approche du centre spatial. La fusée a déjà été mise à l’abri à cause de conditions météorologiques moins mauvaises que celles-ci.

Mise à jour du 10 novembre à 13h : Le départ de la mission n’aura finalement pas lieu avant le 16 novembre. Le temps commence à presser pour la Nasa. Les boosters de la fusée d’Artémis I vont expirer, si la mission n’est toujours pas partie vers la Lune en décembre.

Article original : Après plusieurs semaines à être restée clouée au sol, la mégafusée de la Nasa pourrait enfin s’envoler vers la Lune en novembre 2022. L’agence spatiale américaine vise le lundi 14 novembre pour le décollage de la première mission de son programme Artémis. Voilà plusieurs mois que la Nasa essaye de lancer Artémis I : depuis fin août, diverses contrariétés ont sans cesse forcé l’agence à repousser le départ.

De tels reports ne sont pas exceptionnels dans l’histoire de la conquête spatiale. Dans le cas du Space Launch System (SLS), la fusée qui doit lancer la mission lunaire, c’est un problème de fuite au moment du remplissage des réservoirs du lanceur qui s’est posé à plusieurs reprises. La menace d’une tempête fin septembre a décidé la Nasa à retirer la fusée d’Artémis I de son pas de tir, pour la mettre à l’abri.

Ce n’est pas gagné pour lancer Artémis I : la tempête Nicole approche de la Floride

Depuis le 4 novembre, le SLS est de retour sur sa lampe de lancement. Cependant, un décollage le 14 novembre n’est pas encore gagné, car une tempête subtropicale, baptisée Nicole, s’approche de la Floride et devrait l’atteindre mercredi 9 novembre. « Sur la base des prévisions actuelles, les responsables ont décidé que la fusée Space Launch System et Orion [ndlr : la capsule installée en haut de la fusée] resteront sur la rampe de lancement 39B, indique la Nasa dans une publication du 7 novembre. Les équipes [du centre spatial] Kennedy continueront de surveiller les conditions météorologiques, de s’assurer que tout le personnel est en sécurité et d’évaluer le statut de la tentative de lancement de la mission Artémis I du lundi 14 novembre au fur et à mesure que les prévisions météorologiques seront mises à jour. »

Un décollage le 14 novembre n'est pas certain. // Source : Flickr/CC/NASA/Kim Shiflett (photo recadrée)
Un décollage le 14 novembre n’est pas certain. // Source : Flickr/CC/NASA/Kim Shiflett (photo recadrée)

La Nasa semble donc bien décidée à préserver autant que possible la date du 14 novembre pour le lancement d’Artémis I. La météo pourrait alors être redevenue plus clémente, après le passage de Nicole. Néanmoins, comme le fait justement remarquer le journaliste Eric Berger d’Ars Technica, même si la météo se calme, il faudra du temps pour inspecter le matériel après que Nicole soit partie. La Nasa devra s’assurer que la fusée et la capsule n’ont pas été endommagées par le passage de la tempête. S’il venait à y avoir des dégâts, il faudrait aussi du temps pour les réparer.

Le journaliste souligne également que le risque d’avoir des vents violents (de type ouragan) au niveau du centre spatial Kennedy est estimé à 7 %. C’est davantage que l’ouragan Ian, avec 6 % : or, c’est cette tempête qui avait forcé la Nasa à mettre à l’abri le SLS fin septembre. Il y a donc plus de chance que le véhicule actuellement installé sur la rampe de lancement soit exposé à des vents trop violents, d’ici au 14 novembre, que c’était le cas fin septembre.

On ne peut alors absolument pas affirmer avec certitude que le SLS partira bien vers la Lune le 14 novembre. Rappelons que les décollages de fusées sont extrêmement sensibles à la météo, bien plus que les avions.