Le lancement de la première mission du programme Artémis est imminent. La Nasa va envoyer sa capsule Orion inhabitée faire le tour de la Lune, avant de la ramener sur Terre. Étape par étape, voici ce qu’il va se dérouler.

50 ans après la dernière mission lunaire Apollo, les États-Unis se relancent officiellement dans la conquête du satellite naturel de la Terre. La première mission du programme Artémis doit décoller le samedi 3 septembre 2022, avec une fenêtre de lancement d’une durée de 2h, qui s’ouvrira à 20h17, heure française — après un premier report du vol d’Artémis I, initialement prévu le 29 août aux alentours de 14h30.

Pour la Nasa, il s’agira de lancer la fusée Space Launch System (SLS), transportant le vaisseau spatial Orion. C’est un vol d’essai, sans équipage humain à bord de la capsule, qui doit durer 6 semaines au total. L’objectif est d’envoyer la capsule Orion autour de la Lune, puis de la ramener sur Terre. Cette mission est un préambule à Artémis II, qui embarquera cette fois un équipage.

Concrètement, comment va se dérouler la mission Artémis I ? Voici les étapes par lesquelles elle passera en 6 semaines.

Le décollage du Space Launch System

Le décollage du Space Launch System, qui transporte la capsule Orion, doit avoir lieu depuis le complexe de lancement 39 du centre spatial Kennedy, en Floride. La fusée part plus exactement du Launch Complex 39-Pad B, l’une des aires de lancement du centre spatial.

Tout devrait aller très vite : en à peine 2 minutes et demie, la fusée de la Nasa devrait avoir quitté la Terre et pris son élan. Pendant les 6 minutes suivantes, le SLS continuera à monter et à accélérer.

L’éjection de la capsule Orion vers la Lune

Plusieurs poussées du deuxième étage de la fusée permettront ensuite de lancer Orion vers la Lune. L’ensemble de ces manœuvres devrait durer environ 20 minutes.

artemis 1 orion lune
La capsule Orion dirigée vers la Lune, extrait d’une animation. // Source : Capture d’écran YouTube Nasa

Le voyage d’Orion vers la Lune

Ça y est, la capsule Orion sera alors lancée vers la Lune. Le voyage vers l’astre doit durer plusieurs jours, ce qui laisse le temps de mener de nombreux tests pour vérifier que les nouveaux systèmes de la Nasa fonctionnent correctement.

La capsule doit parcourir une distance d’environ 386 000 kilomètres avant d’atteindre l’orbite lunaire.

L’insertion en orbite lunaire

Le vaisseau inhabité doit ensuite s’insérer dans une orbite lunaire, rétrograde (dans le sens des aiguilles d’une montre, par rapport à la Lune vue du dessus) et de forme ovale. La forme de cette orbite est telle qu’Orion, durant son voyage, peut se trouver à des distances très variées de la surface lunaire : la capsule va s’en approcher à tout juste 96 kilomètres, ou pourra s’en trouver bien plus éloignée, à 64 300 kilomètres de la surface de la Lune. À noter que jamais un vaisseau habité n’est allé aussi loin.

Le voyage de retour vers la Terre

C’est une étape importante d’Artémis I, car il ne s’agira pas seulement de réussir à envoyer des humains vers la Lune : il faudra surtout les ramener sains et saufs sur Terre.

Lorsque Orion achèvera son dernier tour de la Lune, son moteur principal sera allumé. La capsule va ainsi pouvoir quitter l’orbite de l’astre et amorcer le voyage de retour vers notre planète.

L’entrée de la capsule dans l’atmosphère

Une fois arrivée proche de la Terre, la capsule va se séparer du principal système d’alimentation et de propulsion de son module de service européen. L’entrée dans l’atmosphère d’Orion pourra alors commencer, à la vitesse d’environ 39 400 kilomètres par heure. Le bouclier thermique jouera ici pleinement son rôle pour protéger l’habitacle de l’air extrêmement chaud (qui contribue d’ailleurs à ralentir la capsule).

Vient ensuite l’étape du déploiement des parachutes. Grâce à eux, Orion pourra atterrir sans dommages dans l’océan Pacifique, dans le champ de vision d’un bateau de l’US Navy chargé de la récupérer. Si tout s’est passé comme prévu, ce sera officiellement la fin de la mission Artémis I, et une première grande réussite pour la Nasa.