L’une des scènes les plus mémorables de Doctor Strange in the Multiverse of Madness est accusée de ressembler un peu trop à un concept de jeu vidéo annoncé depuis longtemps.

L’un des plus gros studios de cinéma du monde a-t-il copié l’idée d’un petit développeur indépendant pour réaliser l’une des scènes les plus marquantes d’un film ? C’est ce qu’estime une partie de la communauté qui suit le projet Sword of Symphony, un RPG sur lequel travaille Stephen Ddungu depuis plusieurs mois. Plus concrètement, certains de ses abonnés accusent Marvel et Disney d’avoir repris son concept, basé sur la musique, pour une scène de Doctor Strange in the Multiverse of Madness.

Interrogé par Kotaku le 17 mai, Stephen Ddungu a l’air plutôt enclin à penser la même chose : « Selon plusieurs indices qui soutiennent ce qu’ils affirment, je dirais que c’est fortement probable et je ne serais pas surpris si c’est vrai (…). Je peux comprendre pourquoi les gens pensent ça. » Il est vrai que des similitudes sont là, bien qu’il soit difficile d’affirmer que, oui, Sam Raimi et ses équipes ont volontairement piqué le travail de Stephen Ddungu.

Attention, cet article contient des spoilers.

doctor_strange2
Doctor Strange 2. // Source : Marvel

Une scène de Doctor Strange 2 ressemble étrangement à un concept de jeu vidéo

Dans Sword of Symphony, le héros pourra se battre en faisant jaillir des notes de musique. Dans un teaser publié en janvier 2021. on peut voir le héros sortir une plume capable de faire apparaître une clé de sol et des partitions, dans un processus qui rappelle des incantations magiques et d’autres jeux vidéo, comme Kingdom Hearts.

Le teaser de Sword of Symphony :

Dans une scène de Doctor Strange in the Multiverse of Madness, le super héros se rend dans un univers où il doit combattre un Lui devenu maléfique. L’affrontement, visuellement impressionnant et très rythmé : on voit deux Strange se lancer des notes de musique. Or pour les partisans du développeur de Sword of Symphony, cette idée comme les gestuelles et la chorégraphie s’inspirent du projet de jeu vidéo.

Autre argument qui est mis dans la balance et qui va dans le sens d’un emprunt artificiel, voire d’une copie volontaire : le personnage de Doctor Strange n’a jamais été lié à la musique de manière nette dans ses précédentes apparitions au sein de l’univers cinématographique Marvel. Ainsi, on ne l’a pas vu invoquer des notes de musique auparavant. Son passé n’est pas un passé de virtuose de la musique et il n’a jamais été dépeint comme un mélomane.

La séquence de Doctor Strange in the Multiverse of Madness en cause (attention aux spoilers) :

Peut-être tout ceci n’est que coïncidence, car le caractère original d’un tel emploi de la musique pour se battre est discutable. Après tout, matérialiser de cette manière des notes, des portées et des clés de sol pendant une incantation, s’en servir en tant que projectiles ou bien comme boucliers, les faire virevolter sont autant d’idées que l’on pourrait avoir de manière indépendante.

Sauf qu’il y a un indice qui renforce la thèse de la copie : la séquence du film n’était pas du tout prévue dans le montage initial. Le compositeur Danny Elfman a confirmé dans les colonnes de Fandom qu’elle a été tournée pendant la phase de reshoot, après le tournage principal. Cette étape, courante dans les blockbusters ambitieux, a été importante selon The Hollywood Reporter et a eu lieu fin 2021 — soit après la diffusion du teaser de Sword of Symphony.

« Toutes les sources indiquent que la scène n’était pas dans le script original et qu’elle a été ajoutée à la dernière minute, environ trois mois après que Sword of Symphony ait fait le buzz et soit applaudi pour son concept », affirme Stephen Ddungu. S’il admet que l’idée de se battre avec de la musique n’a strictement rien de novateur, il aurait espéré que Marvel Studios « se l’approprie avec une vision unique ».

Reste à savoir quelle sera donnée à cette affaire, qui n’a pas encore été judiciarisée — rien ne dit qu’elle le sera, surtout si un terrain d’entente est trouvé en coulisse. Un conflit contre la multinationale serait en tout cas périlleux, compte des moyens colossaux à sa disposition pour se défendre, mais aussi parce que le concept de Sword of Symphony n’était pas particulièrement protégé.