En raison des nouvelles formules du PlayStation Plus, les développeurs vont devoir travailler plus pour fournir des démos jouables aux abonnés.

Le nouveau PlayStation Plus sera disponible le 22 juin prochain. À compter de cette date, les joueurs PS4 et/ou PS5 pourront souscrire à l’une des trois formules. L’option la plus chère, à 16,99 € par mois, permettra d’accéder à des démos jouables exclusives. Si c’est bénéfique pour les propriétaires d’une console, cela représente toutefois une charge de travail supplémentaire pour les développeurs — à en croire des indiscrétions signées par Game Developer et publiées le 26 avril.

Ainsi, Sony demanderait désormais aux studios de créer des démos jouables spécifiquement conçues pour le PlayStation Plus, dès qu’un jeu coûte plus de 33 € (prix de gros, qui n’est pas celui affiché sur le PlayStation Store). Les aperçus doivent offrir au moins deux heures de gameplay, sachant que les développeurs peuvent négocier des conditions particulières (au cas par cas). Cette nouvelle directive ne serait pas rétroactive et ne s’appliquerait pas aux productions en réalité virtuelle.

PlayStation Plus
Le logo du PlayStation Plus, marque unique de Sony pour les services. // Source : Sony

Sony n’aide pas les développeurs avec son nouveau PlayStation Plus

Cette politique appliquée aux jeux disponibles sur le PlayStation Store signifie que les studios auront encore plus de travail à fournir quand ils voudront proposer leur catalogue sur PS4 et PS5. Ce n’est pas nécessairement un problème pour les grosses structures, qui disposent des ressources suffisantes pour s’adapter. En revanche, les plus petits acteurs risquent forcément d’en pâtir. Se pose aussi la problématique de la durée : deux heures de temps de jeu, cela peut paraître beaucoup pour certains titres qui ne misent pas sur un contenu immense pour convaincre.

Par ailleurs, cette charge de travail supplémentaire peut être mal perçue dans un contexte toujours plus éreintant pour les développeurs. Ces dernières années, le phénomène du crunch — période pendant laquelle les employés font beaucoup d’heures, souvent le soir et le week-end, pour avancer dans le développement (pas seulement pour boucler un jeu) — a été très largement documenté et dénoncé par celles et ceux qui le subissent. Et ces démos supposément imposées ne vont pas aider à faire souffler le personnel. À ce sujet, Sony laisserait quand même trois mois aux studios pour sortir une démo (passée la sortie du jeu), qui doit être disponible pendant au moins un an pour les abonnés au PlayStation Plus Premium.

Sony se retrouve dans l’embarras avec son nouveau PlayStation Plus : il doit proposer des fonctionnalités à la hauteur du prix payé chaque mois par les joueuses et les joueurs. Facturé 16,99 €, le PlayStation Plus Premium doit en donner pour son argent, ce qui pousse Sony à ajouter toujours plus de bonus et, par extension, à solliciter davantage ses partenaires.