Quelques jours seulement après l’officialisation du rachat d’Activision Blizzard par Microsoft, Sony annonce l’acquisition de Bungie. Il s’agit du studio derrière Destiny.

Sony a fini par répondre, d’une certaine manière, à Microsoft. Alors que la firme de Redmond s’est récemment offert Activision Blizzard pour la somme mirobolante de 70 milliards de dollars, l’entreprise japonaise a officialisé le rachat de Bungie — peut-on lire dans un communiqué publié le 31 janvier.

« Le développeur légendaire rejoint la famille PlayStation en tant que studio indépendant, multiplateforme et éditeur », annonce Sony dès l’introduction. On rappelle que Bungie s’occupe de la saga Destiny, orientée multijoueur. Par ces termes, on comprend que Destiny 2, l’épisode actuel, continuera d’être jouable ailleurs que sur les consoles PlayStation. Il devrait en être de même pour les futures itérations.

PlayStation x Bungie
PlayStation x Bungie // Source : Sony

Sony répond à Microsoft en rachetant Bungie

On ne parlera pas d’un séisme dans le cadre de cette transaction chiffrée à environ 3,6 milliards — très, très loin des 70 milliards déboursés par Microsoft. On peut d’ailleurs noter que c’est un montant très élevé quand on le compare, par exemple, à ce qu’a payé Microsoft, encore lui, pour Bethesda (7,5 milliards de dollars). Ou, pire, au chèque qu’a dû signer Sony pour ajouter Insomniac Games (Marvel’s Spider-Man, Ratchet & Clank: Rift Apart) sous son pavillon — le studio n’a coûté que 229 millions de dollars.

Avec Bungie, Sony s’offre avant tout la licence Destiny, qui perdure depuis 2014 et dont le deuxième épisode, paru en 2017, existe grâce à de multiples extensions. Le jeu-service, c’est-à-dire régulièrement mis à jour, dispose d’un potentiel certain à long terme. Mieux, Sony pourrait très bien la décliner sur d’autres canaux (films, séries…). Les synergies avec les autres branches de Sony sont évidentes. Le but est de « bâtir des univers incroyables qui captiveront des millions de gens » — indique le communiqué. Il s’agit éventuellement d’une assurance d’avoir toujours une licence multijoueur ambitieuse sous la main, si jamais Call of Duty vient à disparaître de l’écosystème PlayStation.

Comble de l’ironie, Bungie a longtemps été un partenaire historique de Microsoft. Le studio a accompagné les débuts de la marque Xbox en travaillant sur la franchise Halo (désormais entre les mains de 343 Industries, qui appartient à la multinationale). Bungie s’est ensuite amouraché d’Activision pour développer Destiny avant de voler de ses propres ailes — Activision qui est donc devenu la propriété de… Microsoft. Bref, il faut suivre, et ce n’est certainement pas terminé.