Samsung veut imposer sa technologie MicroLED dans les studios de cinéma. Le géant coréen pense pouvoir remplacer les bons vieux fonds verts par des écrans de télés gigantesques capables d’offrir une immersion incomparable.

La dernière télé de Samsung fait 20 mètres de large, 7 mètres de haut et à moins que vous ne dirigiez un studio de cinéma, elle n’est probablement pas faite pour vous. L’entreprise vient de nouer un partenariat avec une entreprise coréenne pour intégrer sa technologie MicroLED dans les studios de tournage.

Le géant de l’électronique a construit une version gigantesque de sa télé The Wall pour remplacer le traditionnel fond vert et améliorer l’immersion lors des prises de vue. « Ce studio de production virtuel utilisera des écrans LED et des caméras connectées pour créer des décors virtuels en temps réel », explique Samsung.

Les avantages du MicroLED au cinéma

Jusqu’ici, la technologie MicroLED était embarquée dans des télés aux prix exorbitants. L’écran 110 pouces de Samsung se vend par exemple pour 149 000 €. Autant dire que l’engin a eu un peu du mal à s’imposer dans nos salons. Dans un studio de cinéma par contre, cette technologie est très intéressante.

Employer un écran, plutôt qu’un fond vert sur lequel on viendra plaquer des environnements fictifs en postproduction, offre de nombreux avantages. Le premier et le plus évident est l’immersion offerte aux acteurs et actrices. Plutôt que de tourner devant un fond vert nu, il est possible de voir l’environnement dans lequel on évolue en temps réel, permettant de se plonger un peu plus dans l’univers. Les effets spéciaux peuvent aussi être ajoutés en temps réel, donnant une occasion au réalisateur ou à la réalisatrice de voir immédiatement le résultat.

L’écran MicroLED de Samsung utilisé en tournage // Source : Samsung

En connectant les caméras de tournage avec l’écran, il est également possible de faire bouger le paysage en même temps que la caméra, renforçant ainsi l’impression de réalisme. Enfin, la lumière générée par l’écran permet d’avoir un éclairage plus naturel qu’avec un fond vert qui ne produit pas de lumière.

Une idée quasi centenaire

La technique n’est pas exactement nouvelle. Les films des années 30 faisaient fréquemment appel à une technique similaire appelée « projection arrière », notamment pour les scènes en voiture. Mais depuis 90 ans, la technologie s’est un peu améliorée.

La technique de projection arrière employée dans James Bond contre Dr No // Source : Eon Production

Récemment, on a vu la série Mandalorian utiliser des écrans LED pour créer un studio virtuel. Mais les améliorations techniques de la technologie MicroLED pourraient encore améliorer l’expérience. Les écrans de ce type peuvent créer des noirs plus profonds et atteindre des pics de luminosité plus élevés que les écrans LED standards. II est possible de les agencer de manière à créer des formes différentes, sans bordure apparente et avec de meilleurs angles de vision.

L’écran de Samsung est de plus compatible HDR10+, peut afficher du contenu jusqu’à 16K. Il est spécialement traité pour éviter les problèmes traditionnels qui surviennent quand on filme un écran (moirage, effet de balayage, etc.). En attendant que le MicroLED devienne accessible au commun des mortels, il sera au moins possible de profiter de super effets visuels dans nos prochains films.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo