L'an 2020 a été compliqué pour tout le monde. Les jeux vidéo ont pu aider à s'évader. Malheureusement, certains éditeurs et constructeurs ont abusé de certaines pratiques, qu'on aimerait vraiment voir disparaître avec cette année.

En raison de la crise sanitaire, l’année 2020 a été compliquée pour tout le monde. Dans un contexte permanent d’incertitudes, les jeux vidéo ont été un moyen de s’échapper et de se vider la tête. L’industrie propose aujourd’hui suffisamment de variété pour que chacun puisse y trouver son compte, que ce soit seul ou à plusieurs. Néanmoins, si les jeux vidéo ont été un vecteur de positivité ces derniers mois, les acteurs du marché se sont parfois fendus de quelques abus.

Communication loupée, produits lancés trop vite, promesses techniques non tenues… Autant de tendances observées en 2020 qu’on espère ne plus voir l’année prochaine. La PS5, la Xbox Series S, la Xbox Series X et les nouveaux composants PC doivent confirmer après des premières semaines hésitantes pour diverses raisons.

Les jeux qui ne sont pas finis

Watch Dogs Legion, Assassin’s Creed Valhalla ou encore Cyberpunk 2077 ont en commun plusieurs choses, notamment les tares techniques qui ont accompagné leur lancement. Pendant notre test de Watch Dogs Legion, une mission principale faisait systématiquement planter le jeu. Assassin’s Creed Valhalla, pour sa part, a fait rire beaucoup d’internautes en raison de ses soucis visuels. Cyberpunk 2077, lui, est carrément devenu Cyberbug 2077, un hashtag dénonçant l’état déplorable dans lequel il est sorti (surtout sur PS4 et Xbox One).

Ces trois jeux très ambitieux représentent la gourmandise de certains studios, qui essaient parfois de trop en mettre plutôt que de soigner la forme. Pour 2021, on espère des blockbusters mieux maîtrisés, quitte à proposer un contenu moins important.

Cyberpunk 2077 // Source : CD Projekt / Capture Numerama

Les ruptures de stock

Il est aujourd’hui compliqué d’acquérir les cartes graphiques de Nvidia les plus récentes, une PlayStation 5 ou encore une Xbox Series X. Les constructeurs, certes pas aidés par la crise économique liée à la pandémie de coronavirus, ont sous-estimé la demande. « Les 3080 et 3090 ont un problème de demande, pas d’offre. La demande est bien plus grande que nous l’avions prévue — et nous en attendions beaucoup  », révélait Jensen Huang, CEO de Nvidia, en octobre dernier. On connaît le levier commercial : assumer des quantités basses au lancement pour créer un engouement encore plus grand. Le hic ? Les intéressés doivent être aux aguets pour avoir une chance de capter le moindre retour en stock.

En ce qui concerne la PlayStation 5 et la Xbox Series X, les deux consoles nouvelle génération lancées en novembre dernier, on espère qu’elles seront rapidement trouvables dans les rayons. Comme c’est déjà le cas pour la Xbox Series S.

La console la plus convoitée en 2020 // Source : Sony

Le ray tracing sur console

Sony et Microsoft ont promis monts et merveilles avec la PS5 et la Xbox Series X. La réalité est tout autre : l’affichage avec une définition 4K native à 60 images par seconde est, pour le moment, une illusion. Les premiers jeux lancés, à quelques exceptions près, imposent un choix entre la fidélité visuelle (les graphismes) et la fluidité (la performance). Il s’agit d’une grosse déception.

Pire, les deux constructeurs essayent de nous convaincre qu’ils pourront ajouter le ray tracing — technologie très gourmande qui améliore les reflets et les éclairages — à l’équation. Que ce soit dans Devil May Cry 5 : Special Edition ou Marvel’s Spider-Man : Miles Morales, il faut consentir à quelques sacrifices à déplorer. Comble ? Le plus beau jeu jamais sorti sur console — Demon’s Souls — ne propose pas de ray tracing.

Sans ray tracing Toujours sans ray tracing

La communication trouble

Nintendo, Sony et Microsoft ont dû faire sans les grands rendez-vous annuels en 2020 — l’E3 en tête. Pour eux, les enjeux, en termes de communication, se sont avérés plus complexes. Et on a vu combien Sony et Microsoft ont été hésitants dans cette année couronnée par le lancement d’une nouvelle génération de consoles. L’impossibilité de réunir des gens au même endroit a rendu l’exercice encore plus difficile. Habituellement, les journalistes et influenceurs, qui ont la chance de pouvoir tester les produits en avance, partagent leurs impressions. La PS5, la Xbox Series S et la Xbox Series X ont été privées de ces démonstrations, manette en mains.

Malgré tout, Sony et Microsoft n’ont pas toujours fait les bons choix au moment de partager des informations sur leur(s) nouvelle(s) console(s). Les différentes présentations diffusées en ligne étaient parfois chiches en détails, quand d’autres ont été un peu trop copieuses pour bien suivre. Et tandis que Sony n’a pas suffisamment communiqué sur la période de précommande de la PS5 et a parfois manqué de clarté sur certaines fonctionnalités (la rétrocompatibilité, par exemple), Microsoft a eu du mal à convaincre sur les jeux après le fiasco Halo Infinite. A priori, 2020 aura été une leçon pour les deux rivaux.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo