Microsoft a décidé d'opter pour une stratégie cross-generation au lancement de la Xbox Series X. Signifiant que la prochaine console n'aura aucune exclusivité de sa part dans un premier temps.

Si prometteuse soit-elle, la Xbox Series X n’aura aucune exclusivité développée par un studio appartenant à Microsoft à son lancement. Cela peut paraître étrange mais c’est pourtant bel et bien la réalité, confiée par Matt Booty, à la tête de Xbox Game Studios, dans un entretien accordé à MCV UK le 10 janvier 2020. Les premiers mois, la firme de Redmond continuera de sortir ses titres sur la génération Xbox One.

«  Tous nos jeux proposés dans les deux ans à venir tourneront, comme sur PC, sur toutes nos plateformes. Nous voulons être sûrs que si quelqu’un investit dans une Xbox entre aujourd’hui et la Series X alors il pense que c’est un bon investissement et que nous lui proposerons du contenu », explique l’intéressé. En d’autres termes, Microsoft brise les codes de la sortie d’une nouvelle console, qui doit habituellement s’appuyer sur un line-up fort pour convaincre les premiers acquéreurs. 

Manette de la Xbox Series X // Source : Microsoft

La Xbox Series X privée d’exclusivité au lancement

Avec cette stratégie cross-generation, Microsoft prend tout de même un énorme risque : en l’occurence, celui de dire aux gens qu’il ne sera pas nécessaire de mettre plusieurs centaines d’euros dans une Xbox Series X pour profiter de ses nouveautés. Tout au moins dans un premier temps. Pour celles et ceux qui ne sont pas équipés d’un téléviseur dernier cri (ou qui se fichent du rendu visuel), c’est une excellente nouvelle puisqu’il leur suffira d’acquérir une Xbox One S à un prix très inférieur pour, par exemple, jouer à Halo : Infinite. Commercialement parlant, cette position se tient. D’autant que Microsoft fait preuve d’une immense ouverture depuis plusieurs années au travers de sa gamme Xbox Play Anywhere. Ce sigle signifie que ses jeux sont également disponibles sur PC.

Pour vendre des Xbox Series X, Microsoft va donc devoir trouver des arguments forts. Ils seront bien évidemment techniques, la prochaine console étant d’une puissance démesurée. C’est d’ailleurs ce que sous-entend Matt Booty quand il annonce que Halo : Infinite «  tirera profit des capacités de la Series X. » Comprendre : les jeux seront (beaucoup ?) plus beaux sur la future génération, même si le catalogue sera partagé. Il n’empêche, on peut penser que cela pourrait tirer la qualité graphique vers le bas, les développeurs étant obligés de faire tourner leurs productions sur deux générations séparées par 7 ans. Il faudra que le fossé entre ce qu’affichent la Xbox One X et la Xbox Series X soit conséquent pour convaincre. Au-delà de la résolution (4K native), on pense à un meilleur framerate (60 fps) et aux bienfaits du ray tracing. À court terme, la Series X s’adresse aux plus exigeants. 

À l’arrivée, tout porte à croire que la frontière entre le monde du PC et celui des consoles s’amincit. Déjà que la Xbox Series X ressemble à une tour d’ordinateur mais, là, avec un tel lancement, on obtient une structure très similaire : les plus fortunés auront simplement droit aux meilleurs graphismes. En tout cas, Microsoft se fiche de savoir sur quelle plateforme vous jouez, pourvu que vous jouiez à ses titres.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo