L'Académie des Oscars s'est penchée comme prévu sur le cas des services de vidéo à la demande. Elle a finalement décidé de ne pas durcir ses règles les concernant.

Netflix va pouvoir continuer de concourir tranquillement aux Oscars. Une bonne nouvelle est tombée à ce propos pour la plateforme de vidéo à la demande (SVOD) mardi 23 avril, témoigne un communiqué. L’Académie des Oscars a décidé de ne pas durcir ses règles, laissant donc la porte ouverte (ou du moins entrouverte) à Netflix.

Il faudra donc, comme c’était déjà le cas, qu’un film sorte en salles pendant «  une durée minimum de 7 jours dans un cinéma de Los Angeles, avec au moins trois projections payantes par jour. »

Bannir Netflix des Oscars ?

L’Academy of Motion Picture Arts and Sciences s’est penchée ces derniers jours sur une éventuelle modification des règles d’éligibilité pour les Oscars. Contrairement à ce qui était attendu, elle ne les a finalement pas durcies de façon à désavantager Netflix ou les autres plateformes de SVOD.

Ces dernières sont la cible de critiques de la part de figures du cinéma comme Steven Spielberg. En mars, un porte-parole de l’entreprise du réalisateur expliquait qu’il apprécierait que Netflix ne puisse pas soumettre ses films à la cérémonie des Oscars. Il comptait soumettre lors de la réunion d’avril de l’Académie un projet en ce sens, selon le porte-parole.

Steven Spielberg, un (faux) Oscar à la main. // Source : Wiki Commons / Montage Numerama

Ces propos avaient été démentis par un producteur influent qui affirmait avoir parlé à Steven Spielberg. L’intéressé ne s’est jamais exprimé publiquement sur la question ; il n’a cependant jamais caché le fait qu’à son avis, il y avait le cinéma d’un côté, et Netflix de l’autre. Pour lui, « la montée en puissance des services de streaming est clairement un danger très actuel pour tous ceux qui font des films ». Il estime que cela rendra les réalisateurs plus fainéants.

Des règles inchangées

Steven Spielberg n’est pas le seul à penser que seuls les films sortis d’abord dans les salles de cinéma mériteraient une récompense aussi prestigieuse que les Oscars ou les Césars.

Netflix a obtenu en février plusieurs récompenses lors des Oscars. La plateforme a notamment raflé la statuette du meilleur réalisation pour le long-métrage Roma, celle de la meilleure photographie et celle du meilleur film étranger. En revanche, Roma a été exclu du festival de Cannes. Le règlement de ce dernier précise depuis mai 2017 que seuls les films sortis en salles peuvent obtenir un prix. Et il n’a pas fait d’écart pour 2019.

Le règlement établi par l’Académie des Oscars, qui avait indiqué qu’elle étudierait la proposition de Steven Spielberg en avril, est lui un peu plus souple. Pour être éligible, un film doit être diffusé dans les salles de cinéma pendant 7 jours, avec au moins 3 projections par jour, à Los Angeles. C’est cette règle que Netflix avait déjà accepté de suivre pour Roma aux États-Unis. Ils peuvent également être diffusés sur les plateformes de SVOD après le premier jour de diffusion.

Le président de l’Académie, John Bailey, a expliqué dans le communiqué que ces règles ne changeraient pas. « Nous estimons que l’expérience en salles fait partie intégrante du 7e art, et cela a pesé dans nos discussions », dit-il, avant d’ajouter : « Nous étudierons plus en détails les changements profonds qui surviennent dans notre industrie et continuerons d’en discuter avec nos membres. »

Netflix n’a pour le moment pas réagi à la nouvelle.

Partager sur les réseaux sociaux