Le mot de l'année a été désigné par le Cambridge Dictionary, après un vote des internautes. Il s'agit de la nomophobie, une phobie méconnue et pourtant répandue.

Chaque année, le Cambridge Dictionary demande aux internautes d’élire ce qui a été selon eux le mot des douze derniers mois. Pour 2018, ils ont élu vainqueur la « nomophobie », rapportait The Independant le lundi 31 décembre.

Une phobie méconnue

La « nomophobie », vous n’en avez peut-être jamais entendu parler. Pourtant, il est fort probable que vous en ayez déjà été victime. Le terme désigne, indique le site Larousse, une personne « qui ne peut se passer de son téléphone portable et éprouve une peur excessive à l’idée d’en être séparée ou de ne pouvoir s’en servir ».

Pour certains, ne pas avoir son téléphone avec soi est source d’angoisses. // Source : Flickr

Ce mot vient de la contraction d’une expression en anglais « no mobile phone phobia » (littéralement, la phobie de ne pas avoir de téléphone portable). Il a été sélectionné par les internautes entre 4 termes.

Les autres choix étaient : « no-platforming », qui désigne le fait d’empêcher une communauté de s’exprimer sur un sujet donné, « ecocide », c’est-à-dire la destruction d’un écosystème résultant de sa surexploitation, et enfin, « gendergap », soit les inégalités existant entre des personnes de genre différents.

La nomophobie, identifiée pour la première fois en 2008

Fin novembre, au moment de dévoiler ces 4 mots, les équipes de Cambridge Dictionary avaient écrit dans une publication en ligne : « Votre choix du mot nomophobie nous indique que des gens partout dans le monde font probablement face à ce type d’anxiété, au moins suffisamment pour qu’on doive nommer [ce phénomène] ».

Elles écrivaient que contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce terme peu utilisé dans le langage courant est né tôt. Dès 2008, des chercheurs de la société d’études de marché YouGov l’avaient utilisé dans un rapport mandaté par les services postaux de Grande-Bretagne. Le mot s’est ensuite diffusé dans cette zone, puis à travers le monde. Il a été ajouté en 2018 dans le Cambridge Dictionary.

La nomophobie peut s’apparenter dans certains cas à ce qu’on appelle la FOMO ou « peur de manquer quelque chose ». On est ainsi parfois inquiet de rater un anniversaire auquel on aurait été invité sur Facebook sans le voir, ou de rater le tweet polémique de l’année.

En septembre, le gouvernement français avait émis l’idée de créer une loi pour limiter l’addiction aux réseaux sociaux. À défaut, sachez qu’il est déjà possible de recevoir des notifications lorsqu’on dépasse un certain nombre de minutes sur YouTube, Instagram et Facebook.

À lire sur Numerama : Voici comment savoir combien de temps vous passez sur Facebook

Partager sur les réseaux sociaux