Durant nos pérégrinations à la gamescom 2018, nous sommes tombés sur Children of Morta, un mélange entre les genres hack'n'slash et rogue-like. Tout un programme.

Vous ne connaissez peut-être pas 11 bit studios, mais vous avez sans doute joué à l’un de ses jeux. Au hasard, on leur doit This War of Mine (la guerre du côté civil) ou, plus récemment, Frostpunk, que la rédaction de Numerama a beaucoup apprécié. L’année prochaine, normalement durant le premier trimestre, l’éditeur lancera Children of Morta, issu d’une campagne Kickstarter ayant atteint son objectif et développé par Dead Mage. Nous avons pu l’approcher il y a quelques semaines, à l’occasion de l’édition 2018 de la gamescom.

Si on lit sa description, il y a de quoi se perdre. Jugez plutôt : Children of Morta est un mix entre les genres hack’n’slash et rogue-like, le tout avec une large place laissée à la narration (story driven comme aiment le dire les puristes).

On va simplifier un peu : il s’agira de suivre la famille Bergson, chargée de surveiller une montagne, une tradition qui se transmet en générations. Pour ce faire, chacun de ses membres pourra sortir de la maison dans le but de combattre les forces du Mal au sein de niveaux générés de manière aléatoire. À l’instar d’un Diablo, il sera possible de faire évoluer son équipement et son personnage à l’envi, que ce soit avec des pièces artisanales ou des gemmes.

Un pixel art de toute beauté

Un développeur nous a affirmé que l’aspect familial était très, très important dans Children of Morta. En quelque sorte, Dead Mage est parvenu à apporter une touche de narration à un élément aussi basique que le choix des classes. Chaque Bergson disposera de ses propres pouvoirs et aptitudes : certains préféreront le corps-à-corps, d’autres seront plus à l’aise à distance. Une idée assez géniale, qui sera appuyée par les dialogues entre chaque donjon. Grâce à eux, en plus de faire évoluer ses personnages, on pourra découvrir un peu plus le lore d’un jeu qui attire le regard.

Classique dans l’approche, original dans l’exécution

En effet, Children of Morta bénéficie d’une attention toute particulière accordée à la direction artistique, laquelle mise sur un rendu en pixel art décrit comme « peint à la main » sans lésiner sur des techniques modernes d’éclairage pour en mettre plein la vue — tant mieux car c’est sombre. À l’arrivée, l’expérience ne manque clairement pas de charme, bien que la version Switch que nous avons vue ne permettait pas de s’en rendre compte à cause du déficit de lisibilité (en mode portable). Comprendre : on a hâte de le voir sur un grand écran. 

Children of Morta // Source : 11 bit studios

Malheureusement, nous n’avons pas pu jouer à Children of Morta. Mais, à en juger par la démo montrée par notre interlocuteur, le gameplay ne devrait pas dépayser les amateurs des deux genres dans lequel il s’inscrit. Même s’il faudra a priori se montrer beaucoup plus vigilant que dans un Diablo, plus récréatif, en raison d’une gestion plus poussée des coups et des ennemis plus vicieux. En prime, on ne pourra pas compter sur la routine, puisque les niveaux changeront à chaque nouvelle tentative. Un principe qui n’est pas sans rappeler le récent, et non moins excellent, Dead Cells.

Classique dans l’approche, original dans l’exécution, Children of Morta sera disponible sur PlayStation 4, Xbox One, Switch et PC.

Children of Morta // Source : 11 bit studios

Crédit photo de la une : 11 bit studios

Partager sur les réseaux sociaux