Qu’est-ce qui a tué le DC Extended Universe ? James Gunn, le cinéaste qui a reçu la tâche de relancer cet univers partagé au cinéma, pointe la fragmentation excessive des projets. Un problème accentué avec les films séparés, appartenant à une autre ligne temporelle.

Le DC Extended Universe (DCEU), calqué sur le modèle du Marvel Cinematic Universe (MCU), va s’achever. Plus exactement, ce qui s’arrête ici est l’arc « Snyderverse », du nom du cinéaste américain Zack Snyder, qui a donné le coup d’envoi de cette saga cinématographique avec Man of Steel (2013). Dix ans plus tard, cette page se tourne.

Le dernier film appartenant à cet univers partagé — Aquaman et le Royaume perdu — sort dans les salles obscures le 20 décembre. Il suit trois projets sortis en 2023 : un superhéros méconnu, Blue Beetle, et deux projets hélas ratés : Shazam! La Rage des Dieux et The Flash. Il reste à savoir si Aquaman 2 parviendra à clore le Snyderverse sur une note positive.

Un univers DCEU difficile à suivre

Beaucoup a déjà été dit sur l’échec du DC Extended Universe. Une opinion, toutefois, se distingue : celle du réalisateur James Gunn. Et pour cause : c’est à lui que l’on a confié la tâcher immense, herculéenne, de relancer le DCEU avec un nouvel arc (le Gunnverse ?). Sur le réseau social Threads, le cinéaste a ainsi partagé quelques réflexions le 15 décembre.

« L’un des problèmes du contenu du DCEU autrefois était qu’il n’y avait pas de véritable cohérence au sein de l’univers lui-même », dit-il. Cet univers partagé, qui inclut quinze films au total, a manqué d’homogénéité. Divers cinéastes se sont succédé derrière la caméra — idem pour les scénaristes. Plusieurs visions se sont ainsi superposées dans un même univers.

James Gunn. // Source : Capture d'écran James Gunn
James Gunn. // Source : Capture d’écran James Gunn

Marvel Studios a, lui aussi, connu bien des réalisateurs et des scénaristes avec la mise en place du MCU. Mais, il y a toujours eu un dénominateur commun : Kevin Feige. Président dudit studio, le producteur a systématiquement été étroitement impliqué. Et si le MCU connaît aujourd’hui une grosse baisse de régime, il présente jusqu’à présent un profil plus ordonné.

Une autre difficulté, que l’on peut rattacher à ce problème de cohérence, est la très grande diversité des univers DCEU. Ce qu’on appelle communément « l’Elseworld ». Cet autre monde désigne les autres trames que la continuité officielle des comics (ou du DCEU, pour le cinéma et la télévision). En clair, des personnages connus sont à l’écran, mais réinventés.

Le film Joker de Todd Phillips, avec Joaquin Phoenix, est ainsi dans un autre monde que la Justice League de Zack Snyder. Idem pour The Batman de Matt Reeves, avec Robert Pattinson. Il existe d’autres « elseworlds », ce qui donne un environnement très fragmenté qui suffit à semer facilement un public qui ne suit pas de près les projets de DC et ce genre de subtilité.

C’est ce qu’explique James Gunn : « Il y avait tout simplement trop de choses en prises de vues réelles et les gens ne savaient pas trop ce qui était lié à quoi parce qu’il y avait trop de choses et qu’elles n’étaient pas caractérisées ». C’est troublant d’avoir un Joker incarné tantôt par Joaquin Phoenix, tantôt par Jared Leto. Idem pour Batman, avec Ben Affleck et Robert Pattinson.

Robert Pattinson est Batman. // Source : Warner
Robert Pattinson est Batman. Mais ce Batman-là n’appartient pas au DCEU. // Source : Warner

Priorité au nouveau DCEU, pas à Elseworld

Est-ce à dire que le DCEU sous l’ère de James Gunn va mettre un terme à la logique de l’Elseworld ? Le cinéaste rejette cette perspective, mais suggère que ces projets seront certainement plus rares à l’avenir. Ces mondes alternatifs seront davantage exprimés dans le domaine de l’animation, d’ailleurs. Toujours, on le devine, pour ce souci d’homogénéité et de clarté.

« Des projets d’animation Elseworld continueront à se produire », assure-t-il. Idem du côté des jeux vidéo. Cependant, « j’ai dit (et je continue à dire) que la plupart des émissions de télévision et des films seront dans l’univers DCU, avec une histoire occasionnelle d’Elseworld (comme The Batman de Matt), mais il faudra qu’elle soit exceptionnelle. »

James Gunn, qui avait déjà tâté du Snyderverse en menant la (ré-)adaptation de The Suicide Squad sur grand écran (et qui constitue l’une des plus belles réussites du DCEU), se retrouve désormais dans les mêmes fonctions que Kevin Feige. C’est en effet au début de l’année que sa nomination à ce poste a été officialisée, aux côtés de Peter Safran.

Pour ce chantier colossal, décision a été prise de faire table du passé. La nouvelle direction a été dévoilée, avec 5 films (Superman: Legacy, The Autority, The Brave and the Bold, Supergirl: Woman of Tomorrow, Swamp Thing) et 5 séries (Lanterns, Waller, Paradise Lost, Booster Gold, Creature Commandos). On en a pour dix ans. Si la lassitude des super-héros n’aura pas gagné le public d’ici là.


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.