Doctor Who fête ses 60 ans avec trois épisodes spéciaux, en attendant l’arrivée de Ncuti Gatwa dans le rôle. Cette série, devenue un monument culturel britannique, vous a toujours fait de l’oeil, mais vous avez peur de ne rien y comprendre ? Suivez le guide.

Ce samedi 25 novembre, l’attente des whovians sera comblée : le premier épisode des 60 ans de Doctor Who sera diffusé sur Disney+. Deux autres sont prévus, les samedis suivants, toujours avec David Tennant et Catherine Tate. Puis Ncuti Gatwa inaugurera le mini-reboot avec la saison 1 d’une nouvelle ère pour Doctor Who.

L’actualité autour de la série culte, monument britannique et phénomène international, a peut-être attisé une énième fois votre curiosité (que vous pouvez assouvir en streaming sur Prime Video). Sauf que Doctor Who a commencé en 1963, Wikipédia affiche 871 épisodes : cela peut faire peur. Sa longévité s’explique pourtant par sa capacité à happer sans cesse de nouveaux publics tout en fidélisant ses fans — autour de son côté british et kitsch, de ses aventures rocambolesques dans le temps et l’espace, ses concepts hors-du-commun et ses moments touchants.

Alors voici notre grand guide pour vous aider à démarrer l’aventure, notre guide ultime sur Doctor Who : le personnage, son vaisseau, ses outils, les principes au centre de la série et quelques propositions pour commencer le visionnage.

Docteur qui ?

Comme le résume David Tennant en 15 secondes, le Docteur est un alien qui voyage dans le temps et de l’espace dans une boîte bleue plus grande à l’intérieur (un TARDIS — nous y reviendrons). Quelle que soit la planète ou l’époque où il tombe, le Docteur a tendance à tomber sur des problèmes et à les résoudre (en improvisant).

Twelve et Clara. // Source : BBC
Twelve et Clara. // Source : BBC

Personne ou presque ne connaît le nom du Docteur. Pas le public, en tout cas : son nom n’a jamais été révélé en 60 ans. Il se fait simplement appeler « Docteur ». Cela fait partie des mystères de la série, un secret bien gardé du personnage principal. Reprenons les mots du Douzième Docteur, quand il passe le relai à sa prochaine incarnation : « Tu ne dois jamais dire ton nom à personne. Personne ne le comprendrait, de toute façon. Excepté les enfants. Les enfants peuvent l’entendre. Parfois — s’ils ont bon cœur, et si les étoiles sont alignées. (…) Mais personne d’autre. Personne d’autre. Jamais. »

Le Docteur a certains principaux moraux. Il veut être bon, et, surtout, représenter une forme d’espoir. De fait, il ne tue pas, sauf dans la plus extrême circonstance. Il n’utilise pas non plus d’arme (son tournevis sonique n’en est pas vraiment une). Il s’oppose à toute situation de guerre — le Douzième Docteur donnera un speech mémorable à ce sujet durant la saison 9. De manière générale, l’idée que « la haine est toujours stupide, l’amour est toujours sage », a tendance à le guider.

La phrase significative prononcée par le Docteur est probablement à trouver dans l’épisode La Fantôme des Noëls passés : « En 900 ans à voyager dans l’espace et dans le temps, je n’ai jamais rencontré personne qui n’était pas important. »

L’âge du Docteur, d’ailleurs, est également un mystère dont on obtient régulièrement une nouvelle estimation. Le Onzième Docteur, de Matt Smith, par exemple (saisons 5-6-7), estimait son âge à environ 900 ans. Aux dernières nouvelles, le Treizième Docteur de Jodie Whittaker, peu avant les épisodes de fin 2023 donc, était âgée de plusieurs milliers d’années. En fait, il est assez admis que le Docteur ne se rappelle plus son âge — il est trop âgé et a vécu trop de vies pour s’en rappeler.

Le Docteur est en tout cas « connu » dans l’Univers, à travers le temps et l’espace. Sur Terre, les gouvernements et des factions spéciales comme UNIT travaillent avec lui. Ailleurs dans le cosmos, certains le craignent, d’autres l’adulent.

Qu’est-ce que le TARDIS ?

Le Docteur voyage dans une boîte bleue : c’est une cabine téléphonique de police des années 1960. Mais il y a un twist : elle est plus grande à l’intérieur, où l’on trouve en réalité une machine à voyager dans l’espace et le temps. Son décor change à chaque Docteur, tandis que l’extérieur reste cette éternelle cabine de police bleue. Ce vaisseau iconique de la série n’est autre que le TARDIS — pour « Time And Relative Dimension In Space ».

Le TARDIS est plus grand à l'intérieur, et prend l'apparence d'une cabine téléphonique de police des années 1960. // Source : BBC
Le TARDIS est plus grand à l’intérieur, et prend l’apparence d’une cabine téléphonique de police des années 1960. // Source : BBC

Si le TARDIS est une machine, il est également vivant : il doit tantôt être réparé, tantôt guéri. Les TARDIS ont été développés par les Seigneurs du Temps, une race extraterrestre extrêmement avancée, dont fait partie le Docteur. Ce dernier en a volé un, lorsqu’il a fui la guerre du temps (événement historique crucial sur Gallifrey, sa planète d’origine), et il ne s’en est plus jamais séparé.

Il faut relever que le TARDIS génère un champ linguistique tout autour de son lieu d’atterrissage, qui permet à celles et ceux qui en sortent de comprendre les diverses langues alien parlées. Doctor Who est ainsi l’une des rares séries de SF à avoir trouvé une solution pratico-pratique à la barrière du langage.

Qu’est-ce que le tournevis sonique ?

Le Docteur est sans cesse équipé d’un tournevis sonique (sonic screwdriver). Celui-ci change à chaque incarnation.

Vous avez besoin d'ouvrir ou de verrouiller une porte ? Sortez votre tournevis sonique. // Source : BBC
Vous avez besoin d’ouvrir ou de verrouiller une porte ? Sortez votre tournevis sonique. // Source : BBC

Il sert à ouvrir ou verrouiller toutes les portes, quelle que soit la nature de la serrure, exception faite du bois. Il sert également à analyser la composition chimique de tout objet ou matière, à identifier l’origine des êtres vivants ou mécaniques en présence. Il peut également déclencher des ondes soniques bénignes, en guise d’armes. On peut s’en servir pour découper et brûler des objets, pour amplifier des signaux. Et pour nombre d’usages les plus originaux les uns que les autres.

En clair : c’est un couteau-suisse qui fait aussi la singularité du Docteur. Ce n’est pas son seul outil fort utile, puisqu’il utilise aussi très régulièrement un « papier psychique » : ce papier est une carte d’identité, qui prend en réalité la forme d’une feuille blanche. La personne qui la regarde y voit l’identité que le Docteur souhaite montrer, ce qui peut être très pratique pour enquêter.

Qu’est-ce qu’un Seigneur du temps ?

Le Docteur n’est pas un humain. Il a deux cœurs : c’est un alien, qui appartient à l’espèce des Seigneurs et Dames du temps (Time Lords / Time Ladies). Ils habitent la planète Gallifrey. Elle a été ravagée lors de la Guerre du Temps (Time War), durant laquelle les Seigneurs du Temps se sont opposés aux Daleks, une race alien conquérante.

Ils tirent leur nom de leur capacité technologique à maîtriser le voyage spatial et temporel. Ils ont aussi une grande longévité, indéfinie en réalité, d’autant plus qu’ils peuvent régénérer leur corps à leur mort.

Les Seigneurs du Temps, sur Gallifrey. // Source : BBC
Les Seigneurs du Temps, sur Gallifrey. // Source : BBC

Pourquoi le Docteur se régénère-t-il ?

Le Docteur ne meurt jamais. Quand il est mourant ou mortellement blessé, son corps se régénère. Il devient alors, physiquement, une autre personne. En clair, il se transforme en un nouveau corps. La régénération est un processus régulier dans la série. Un nouvel acteur, ou une nouvelle actrice, prend alors la suite.

Le Docteur reste foncièrement le même au fil des régénérations. Il a les mêmes souvenirs, la même histoire personnelle et des caractéristiques similaires. Sa personnalité, toutefois, varie énormément (de même que l’atmosphère de la série) à chaque incarnation.

La régénération change le corps du Docteur. // Source : BBC
La régénération change le corps du Docteur. // Source : BBC

Durant la régénération de 9th (Christopher Eccleston) en 10th (David Tennant), le Docteur explique lui-même, à Rose qui l’accompagne alors, comment cela fonctionne — car c’était la première régénération de l’ère moderne, en 2006.

L’une des régénérations les plus cultes de la série est celle qui conclut l’arc de La Fin des Temps (The End of Time), quand David Tennant laisse place à Matt Smith.

Il y a par ailleurs celle où, pour la première fois, le Docteur se régénérait en femme, en accueillant alors Jodie Whittaker. Ces adieux du Douzième Docteur sont également intéressants, car le Docteur rappelle au Docteur suivant qui il est fondamentalement.

Combien y a-t-il eu de Docteurs dans Doctor Who ?

Durant les épisodes spéciaux de 2023, pour les 60 ans de la série, nous en serons à la 14e incarnation du Docteur. Quatorze personnes ont donc incarné le personnage à travers le temps :

  • Première série : William Hartnell (1963 – 1966), Patrick Troughton (1966 – 1969), Jon Pertwee (1970 – 1974), Tom Baker (1974 – 1981), Peter Davison (1981 – 1984), Colin Baker (1984 – 1986), Sylvester McCoy (1987 – 1989, et 1996)
  • Téléfilm : Paul McGann (1996)
  • Deuxième série : Christopher Eccleston (2005), David Tennant (2005 – 2010), Matt Smith (2010 – 2013), Peter Capaldi (2013 – 2017), Jodie Whittaker (2017 – 2022)
  • Troisième série : David Tennant (2023), Ncuti Gatwa (2023 – ?).
Jodie Whittaker a été la première femme à incarner le Docteur, en 2018. // Source : BBC
Jodie Whittaker a été la première femme à incarner le Docteur, en 2018. // Source : BBC

Il y a également deux Docteurs à part :

  • Dans l’épisode du 50e anniversaire, en 2013, on a découvert le War Doctor (Docteur de la guerre) interprété par John Hurt. Il se situe chronologiquement entre le 8e et le 9e docteur. Sa spécificité est d’avoir participé à la « guerre du temps », ce qui le rend un peu différent des autres incarnations.
  • Récemment, Jo Martin a interprété quant à elle The Fugitive Doctor (La Docteure fugitive), une incarnation du Docteur antérieure… au tout premier docteur.

Les compagnes et compagnons

Le Docteur est toujours accompagné de compagnes et de compagnons. Ce sont des humains qui, lors d’une rencontre avec lui, finissent par monter à bord du TARDIS pour vivre des aventures avec le Docteur dans l’espace et dans le temps. Ce ne sont pas des personnages secondaires, mais principaux. Ils sont cruciaux dans la construction narrative des arcs et dans la vie du Seigneur du Temps. Il arrive que des compagnes et compagnons de voyage suivent deux incarnations différentes du Docteur. Il faut alors que le personnage se fasse à ce nouveau visage, ce qui n’est pas toujours facile.

Le 11e Docteur accompagné d'Amy et Rory. // Source : BBC
Le 11e Docteur accompagné d’Amy et Rory. // Source : BBC

Ainsi, lors de l’annonce du 15e Docteur incarné par Ncuti Gatwa, il a aussi été annoncé celle qui allait l’accompagner à bord du TARDIS : Millie Gibson, qui incarnera une certaine Ruby Sunday. De même, le Dixième Docteur (David Tennant) aura été accompagné par Rose, Martha et Donna ; le Onzième Docteur (Matt Smith) par Amy, Rory et Clara, etc.

Les ennemis récurrents dans Doctor Who

La plupart des épisodes sont des rencontres avec de nouvelles formes de vies étranges ou menaçantes.

Il y a des ennemis récurrents, devenus iconiques, qui font partie du « lore » de Doctor Who :

  • Les Daleks : des mutants qui ressemblent à des sortes de pieuvres, mais se déplacent au sein d’armures véhiculées très caractéristiques. Ce sont les plus grands ennemis du Docteur. Ils n’ont qu’un mot à la bouche : exterminer (exterminate), car ils ont été créés pour un objectif de domination totale sur l’Univers. Ils n’ont aucune émotion, et ainsi, aucune pitié. Davros est leur créateur et déteste tout autant le Docteur.
Les daleks. // Source : BBC
Les daleks. // Source : BBC
  • Les Cybermens : des êtres cyborgs.
  • Les Anges Pleureurs : ce sont des statues de pierre inspirées de l’époque gothique qui, quand elles ne bougent pas, ont l’air de pleurer. Elles ne se déplacent que quand on ne les regarde pas — un simple clignement d’œil suffit à ce qu’elles se rapprochent. Une fois qu’elles touchent leurs cibles, elles peuvent les envoyer dans le passé pour se nourrir de ce flux temporel, ou bien… les tuer.
Un Ange Pleureur. // Source : BBC
Un Ange Pleureur. // Source : BBC
  • Le Maître : il est aussi un Seigneur du Temps, une sorte de négatif du Docteur et son ennemi juré. Ce dernier cherche sans cesse à détruire le Docteur et/ou à dominer le monde. Il se régénère, de fait il est incarné par différents acteurs et actrices au fil du temps.
  • Sontariens : une espèce extraterrestre belliqueuse (qui ressemblent quelque peu à des patates).
  • Siluriens : des reptiles technologiquement très avancées, qui régnaient sur Terre durant la préhistoire.

Il existe d’autres menaces iconiques dans Doctor Who, qui reviennent toutefois plus rarement ou n’ont apparu qu’une seule fois. Par exemple, les whovians se rappellent du Silence : des êtres humanoïdes (à l’apparence inspirée du tableau Le Cri) que l’on oublie dès que l’on détourne le regard.

Quelles sont les différentes séries Doctor Who ?

Doctor Who est composé de plus de 800 épisodes. Mais l’œuvre est divisée en différentes ères, ce qui facilite sa longévité.

La série a été créée en 1963 et sa diffusion s’est poursuivie jusqu’en 1889. Ce sont alors 7 docteurs, et donc 7 acteurs, qui se relaient dans le rôle du héros au fil de 26 saisons. Quand les audiences se tarissent, la BBC déprogramme la série — sans toutefois la mettre au placard. En 1996, c’est un téléfilm qui est produit, avec une 8e incarnation du Docteur.

Doctor Who était diffusé dès les années 1960 au Royaume-Uni, jusqu'à s'inscrire dans la culture. // Source : BBC
Doctor Who était diffusé dès les années 1960 au Royaume-Uni, jusqu’à s’inscrire dans la culture. // Source : BBC

Puis en 2005, la BBC fait appel à Russel T. Davies pour relancer la série. Doctor Who revient alors à la télé avec une saison 1, non pas une saison 27. D’un point de vue narratif, c’est une continuité, avec un 9e docteur, même s’il s’agit d’une nouvelle série. En 2023, la dernière saison diffusée de cette nouvelle série était la saison 13.

À partir de 2005, Doctor Who est entrée dans son ère moderne avec une nouvelle série.  // Source : BBC
À partir de 2005, Doctor Who est entrée dans son ère moderne avec une nouvelle série. // Source : BBC

Après les épisodes spéciaux dédiés aux 60 ans de la série, avec le 14e Docteur, Doctor Who redémarrera de nouveau à… la saison 1. Ce sera la troisième série du nom. Mais là encore, une continuité est assurée : ce sera le 15e Docteur.

Doctor Who, avec Ncuti Gatwa et Millie Gibson. // Source : BBC
Doctor Who, à partir de l’épisode de Noël de 2023, sera avec Ncuti Gatwa et Millie Gibson. Ce sera une troisième série. // Source : BBC

Il existe par ailleurs des spin-offs : Torchwood (2006), Sarah Jane Adventures (2007), Class (2016).

Comment commencer Doctor Who ?

Avec une série si longue, il peut sembler difficile de savoir par où commencer. Une chose est sûre : nul besoin de tout regarder, et les points d’entrée sont variés.

Quand chaque Docteur se régénère, la série connaît son propre petit renouveau. Cela peut constituer de possibles points de départs. Pour ceux situés ainsi pour la seconde série, moderne, démarrée en 2005 :

  • Doctor Who (2005), saison 1, épisode 1 : Christopher Eccleston
  • Doctor Who (2005), saison 2, épisode 1 : David Tennant
  • Doctor Who (2005), saison 5, épisode 1 : Matt Smith
  • Doctor Who (2005), saison 8, épisode 1 : Peter Capaldi
  • Doctor Who (2005), saison 11, épisode 1 : Jodie Whittaker

Vous pouvez bien sûr, aussi, attendre l’arrivée de Ncuti Gatwa fin 2023, et ainsi le début de la troisième et nouvelle série, pour tenter l’aventure. Aucun risque d’être rebuté par les effets spéciaux ou un effet kitsch, puisque le budget sera bien supérieur à ce qu’il était autrefois.

La série dispose aussi de certains épisodes cultes, qui peuvent être regardés en tant qu’aventures indépendantes et, ainsi, constituer des points de découverte. Nos propositions :

  • Doctor Who (2005), saison 3, épisode 10 : Anges Pleureurs (Blink). Des statues d’anges qui, menaçantes, se déplacent seulement quand on ne les regarde pas. Quand vous voyez un ange pleurer, ne clignez surtout pas des yeux… c’est un épisode et un concept cultes de la série. En plus, dans cet épisode, le Docteur donne un speech culte sur la définition du temps.
  • Doctor Who (2005), saison 6, christmas special : Le Fantôme des Noëls passés (A Christmas Carol). Une réinterprétation d’un conte de Dickens, avec toute la magie, la poésie et l’humour de Doctor Who. À découvrir ou revoir d’autant plus pendant les fêtes. La culture des épisodes de Noël est très développée dans Doctor Who et la plupart peuvent se regarder indépendamment.
  • Doctor Who (2005), saison 5, épisode 10 : Vincent et le Docteur (Vincent and the Doctor). La rencontre avec Vincent Van Gogh, un moment de télévision culte.
  • Doctor Who (2005), saison 5, épisode 1 : Le Prisonnier zéro (The Eleventh Hour). Le premier épisode qui introduit Matt Smith en 11e Docteur est aussi une bonne introduction à la série, tant sa rencontre avec la petite Amy Pond est drôle et touchante.
  • Doctor Who (2005), saison 11, épisode 9 : De l’autre côté (It Takes You Away). Une mystérieuse cabane en Norvège, où une enfant aveugle vit seule ; la menace est… dans les miroirs.
  • Doctor Who (2005), saison 2, épisode 4 : La Cheminée des temps (The girl in the fireplace). Le Château de Versailles, au 18e siècle, est assiégé par des automates menaçants. Il faut sauver Madame de Pompadour !
  • Doctor Who (2005), saison 4, épisode 8 : Bibliothèque des ombres, première et seconde parties (Silence in the Library/Forest of the Dead). Direction une planète-bibliothèque — littéralement ! –, mais qui est étrangement désertée depuis un siècle. La question est : pourquoi ? (C’est aussi l’épisode où le Docteur fait une rencontre déterminante.)
  • Doctor Who (2005), saison 9, épisode 11 : Descente au paradis (Heaven Sent). Un épisode solo où le Docteur est piégé dans une boucle temporelle, pourchassé par un monstre ; il meurt encore et encore tout en devant trouver une solution pour s’échapper.
  • Doctor Who (2005), saison 7, épisode 2. Des dinosaures dans l’espace (Dinosaurs on a spaceship). Le titre est très clair.
  • Doctor Who (2005), saison 4, épisode 7. Agatha Christie mène l’enquête (The Unicorn and the Wasp). Le Docteur et Donna rencontrent Agatha Christie, dans un épisode assez indépendant.

Vous êtes prêts à embarquer à bord du TARDIS ? Allons-y.


Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !

Certains liens de cet article sont affiliés. On vous explique tout ici.